La Mission de l'ONU en RDCongo (Monuc) a annoncé samedi l'ouverture d'une enquête sur "des allégations concernant un cas d'abus et d'exploitation sexuels avec violence" impliquant un Casque bleu en Ituri (nord-est), dans un communiqué diffusé à Kinshasa. Le Représentant Spécial du Secrétaire général des Nations unies en RDC et chef de la Monuc, William Swing, "a demandé à ce qu'une enquête soit immédiatement menée par le Bureau des services de contrôle interne (BSCI) des Nations unies, suite à des allégations d'abus et d'exploitation sexuels avec violences, à l'encontre d'un soldat de la Monuc basé à Bunia, capitale du district de l'Ituri (...), survenus dans la nuit du 13 au 14 novembre". "Les enquêteurs du BSCI sont déjà à pied d'oeuvre à Bunia, où ils bénéficient de l'assistance et de la totale coopération du contingent concerné", précise le communiqué. La Monuc rappelle que "toute allégation de cette nature étant prise très au sérieux par la Mission (...), le Représentant Spécial du Secrétaire Général voudrait s'assurer et assurer le public, que ces graves allégations fassent l'objet d'une investigation approfondie". Selon des sources onusiennes contactées par l'AFP, un soldat du contingent marocain basé à Bunia aurait eu des rapports sexuels avec une jeune congolaise qui l'accuse de ne pas lui avoir payé la somme convenue en échange de ses faveurs. La jeune femme affirme avoir été blessée au visage par arme blanche par le Casque bleu. "Elle a bien été blessée au visage. Elle a été soignée et prise en charge à l'hôpital marocain de Bunia, mais les témoignages sont assez confus et l'enquête devra déterminer si c'est bien un Casque bleu qui est responsable de cela", a indiqué à l'AFP une de ces sources. La Monuc a été éclaboussée par plusieurs scandales impliquant ses personnels, civils et militaires, dans des affaires d'abus sexuels ou de trafics de minerais, depuis son déploiement en RDC en 2001. Entre décembre 2004 et août 2006, "au moins 140 cas d'allégations" sur des abus d'exploitation sexuelle ou de prostitution impliquant son personnel avaient été répertoriés par la Monuc. En février 2005, l'ONU avait décidé d'interdire aux Casques bleus d'avoir des relations sexuelles avec des Congolais, après la révélation d'affaires d'abus sexuels sur des filles de 13 ans. Les Nations unies ne disposent pas d'armée en tant que telle et leurs opérations de paix sont menées avec des forces fournies par les pays membres. Lors de scandales, l'ONU n'a souvent comme seul moyen coercitif que de renvoyer les responsables dans leur pays d'origine. Créée en 1999, la Monuc est actuellement la plus importante opération de maintien de la paix dans le monde, forte de plus de 19.000 personnels dont quelque 17.600 militaires.