Un nouveau tremblement de terre a secoué la ville de Bukavu et ses environs dans la nuit du mercredi à jeudi. Le plus fort a une magnitude de 5,5 sur l'échelle de Richter, selon les volcanologues présents dans la ville. Les autorités urbaines parlent de nouveaux dégâts matériels, notamment dans la commune de Bagira, dont les bâtiments ont le plus été touchés lors du 1er séisme du 3 février dernier. Un séisme de magnitude 5,5 sur l'échelle de Richter a frappé jeudi l'est de la République démocratique du  Congo (RDC) et le Rwanda voisin, faisant au total plus d'une soixantaine de blessés, a-t-on appris de sources officielles.

Cette secousse est la "plus forte réplique" enregistrée depuis le séisme du 3 février, d'une magnitude de 6,1 sur l'échelle de Richter, a déclaré un géophysicien de l'Observatoire volcanologique de Goma (OVG), Dieudonné Wafula, actuellement à Bukavu, capitale de la province congolaise du Sud-Kivu.

Ce sinistre avait fait 45 morts - sept au Sud-Kivu et 38 au Rwanda. Des centaines de personnes avaient été blessées dans les deux pays, où le séisme avait surpris les fidèles dans les églises, en pleine prière dominicale.

Jeudi, les habitants ont été surpris dans leur sommeil : la secousse a été enregistrée à 04H07 (02H07 GMT) et son épicentre est situé à 8 km de profondeur, à 25 km au nord de Bukavu, selon l'OVG.

"Nous avons déjà compté 44 blessés dans la ville de Bukavu, (...) dont 31 dans la commune de Bagira, la plus touchée", a déclaré à l'AFP le Dr Rick Shamavu, chargé des urgences à l'Inspection provinciale de la santé.

"Ce bilan est provisoire. Nous continuons à faire le tour de la ville", a-t-il ajouté.

Au Rwanda voisin, au moins 15 personnes ont été blessées, dont une femme à Kigali et d'autres habitants dans le district de Rusizi, limitrophe de la RDC, selon des sources hospitalières et administratives.

"Nous avons recensé jusqu'ici 14 personnes grièvement blessées", a déclaré à l'AFP le maire du district de la Rusizi, Jean-Pierre Turatsinze, précisant que des dizaines d'habitants étaient actuellement sans abri.

S'exprimant jeudi matin sur les ondes de la Radio Rwanda, le Premier ministre Bernard Makuza a déclaré qu'une somme de 9,8 millions de dollars avait été débloquée pour venir en aide aux populations sinistrées.

Jeudi, de nombreux habitants craignaient de regagner leurs domiciles, alors que d'autres répliques étaient ressenties très régulièrement, a constaté un correspondant de l'AFP à Bukavu.

"Onze secousses ont été ressenties cette nuit à Bukavu, mais l'activité est encore plus importante : en 24 heures, ce sont 200 secousses qui ont été enregistrées", a-t-il précisé M. Wafula.

"En principe, la secousse de 5,5 est la réplique la plus importante. Cela devrait maintenant aller décroissant, même si d'autres répliques vont être ressenties au cours des prochains jours et des prochaines semaines", a-t-il ajouté.

Ces secousses ont entraîné l'écroulement de maisons ou bâtiments déjà fragilisés par le tremblement de terre du 3 février.

Après le premier séisme, 3.465 maisons et bâtiments publics ont été endommagés ou détruits au Sud-Kivu, où plus de 12.000 personnes avaient reçu une aide, selon l'ONU.