Kinshasa, RD Congo (PANA) – Le ministère congolais des Mines a invité, mercredi, les sociétés minières frappées par la Commission interministérielle de révision des contrats miniers, à présenter leurs moyens de défense en vue d'une reclassification dans la catégorie des compagnies éligibles en RD Congo.

Dans un appel lancé à Kinshasa en marge d'une réunion de préparation de la participation de la RD Congo à la prochaine conférence sur l'investissement minier à Indaba, en Afrique du Sud, le vice-ministre congolais des Mines, Victor Kasongo Shomary, a révélé qu'aucun des 61 contrats de partenariat examinés par la Commission interministérielle ne figure dans la catégorie A des contrats jugés "viables".
Il a déclaré que la commission a, en conséquence, recommandé l'annulation de 24 contrats dont les partenariats de la Gécamines avec Swanepoel et Exaco, ainsi que ceux entre la MIBA et la Sengamines et entre l'OKIMO et AMANI Gold. La convention minière entre la RD Congo et Anvil mining sur le gisement de Dikulushi et Kapulo au Katanga est aussi visée.
Toujours selon M. Shomary, cette juridiction d'appel s'inscrit dans un processus d'appel administratif bref et clair, donné à chaque compagnie minière de rentrer dans le rang d'opérateurs miniers crédibles afin que les richesses minières servent à la RD Congo.
Il a, par ailleurs, félicité le groupe Malta Forrest, par le biais de sa filiale Katanga Mining, d'avoir rétrocédé à la Gécamines, deux gisements miniers pour un montant de 8,5 milliards de dollars US pour la construction des grands travaux d'infrastructures par la partie chinoise.
Par ailleurs, les ONG locales et internationales, dont "Global Witness", se réjouissent de la volonté du gouvernement dans un dossier étroitement lié aux richesses minières, en tant que soubassement de la reconstruction de la RDC.
Dans les milieux des avocats mandataires en mines et des carrières, une agitation a été observée à la suite de l'annulation des contrats miniers de leurs clients.
Les sociétés minières dont les contrats sont en voie de résiliation sont : Kabongo développement Co.Sprl, Gem Diamonds Sprl, Ivanhoe Nickel & Platinium, Comisa Sprl, Frontier Sprl, Tenke Fungurume Mining, Canaccord Capital, Rubamines, Gécamines, MIBA, Adimasa, etc.
La RDC possède 34,5% de réserves mondiales de cobalt convoitées par les grandes sociétés minières et 10% de réserve en cuivre, ce qui fait du sous-sol congolais un grand réservoir de matières premières suffisantes pour la reconstruction du pays.