La progression du site érosif de Kungu à l’Université pédagogique nationale (UPN) inquiète la population environnante et menace la route nationale n° 1 à l’Ouest de la ville de Kinshasa. L’érosion a progressé de plus de 100 mètres, sur la partie comprise entre l’Université pédagogique nationale et le triangle de Mont-Ngafula, soit à la limite entre les communes de Ngaliema et de Mont-Ngafula. La progression est consécutive aux dernières averses. Elle peut entraîner, laisse-t-on entendre, l’écroulement de certaines maisons. D’où, l’appel de la population au gouvernement pour des travaux d’urgence en vue de sauver, non seulement cette route dont l’importance dans le ravitaillement de Kinshasa en produits manufacturés et des produits de première nécessité n’est pas à démontrer, mais aussi les personnes et leurs biens. La coupure de cette voie peut influer négativement sur l’économie de la ville de Kinshasa et ferait allonger la distance à parcourir pour les populations résidant dans les communes de Mont-Ngafula, Makala, etc.