Les états généraux des mines se sont ouverts ce mercredi au palais du peuple de Kinshasa. Pendant 3 jours, les participants discuteront du code minier congolais, 6 ans après sa mise en oeuvre, rapporte radiookapi.net

Des experts miniers, des membres des gouvernements provinciaux, les délégués des régies financières, des négociants miniers et autres participants vont réfléchir sur les différents problèmes qui caractérisent le secteur minier congolais. Les participants vont se pencher notamment sur la mauvaise application du code minier, le manque de délimitation des aires protégées et des zones interdites. Cette dernière question pose des problèmes écologiques. Ils parleront aussi de la délimitation des zones artisanales qui sont carrément inexistantes. Ce qui pose problème avec la population autochtone.

Ces états généraux se veulent le cadre approprié de concertation et d’évaluation de toutes les questions liées au code et règlement minier. Leur objectif est de dresser un état des lieux et de proposer, le cas échéant, des mesures protectrices pour améliorer la gestion du secteur minier.

Le premier jour des travaux, les participants assisteront aux discours des différents ministres liés à ce secteur. Les travaux se poursuivront en atelier au centre Nganda, toujours à Kinshasa, jusqu’au 15 mars prochain.