Photo_20062842312468_th

Julien Paluku : « Nous pensions qu’avec l’acte d’engagement nous serions en train de terminer le problème qui se pose au Nord kivu. Cela nous inquiète au plus haut point surtout que les FDLR ne sont pas signataires de cet acte. À un certain moment, ils peuvent dire qu’ils ne sont pas concernés par le processus. Nous avons un peu essayé de parler aux instances supérieures notamment le ministère de l’intérieur pour qu’au niveau de la commission interministérielle qui est en charge de la sécurité pour qu’on puisse rapidement nous trouver une solution à ces questions. Mais également comme nous pensons qu’il y a un comité de pilotage qui va s’occuper des forces étrangères, et bien lorsque ce comité sera en œuvre, il va permettre de prendre en charge totalement la question des FDLR à côté de la question des groupes armés qui sont nationaux et là je suis certain que lorsque nous allons nous mettre en œuvre pour dissocier les groupes armés étrangers des groupes armés nationaux , ça va diminuer le danger et même le rapprochement qui provoquent les tensions entre ces deux groupes ».