News_11220_2

Pour Me Jean Mbuyu, député national PPRD, la ville de Kinshasa connaît un climat de paix et de quiétude depuis les affrontements de mars 2007. Le sénateur Lola Kisanga du RCD ne partage pas ce point de vue. Quant au député Patrick Mayombo du MLC, il déclare qu’aucun changement n’a été observé sur tous les aspects, rapporte radiookapi.net

Selon Me Jean Mbuyu, les portes sont grandement ouvertes pour le retour du sénateur Jean-Pierre Bemba. « Depuis ces affrontements, on a vécu dans un climat de sérénité, un climat sans armes. Je ne veux pas dire qu’il n’y a pas de misère, mais en terme de sécurité, entendu au sens d’une crainte permanente d’attaque armée, je pense qu’aujourd’hui on peut dire, sans peur d’être contredit, que ce pari a été gagné par le président Joseph Kabila à Kinshasa. Les chances du sénateur Bemba sont toujours intactes. Il n’y a pour l’instant aucune interdiction légale contre lui, l’interdisant de revenir au pays. Mais, il dit que comme il y a un mandat et qu’il pourrait être recherché par la justice, il ne revient pas. C’est donc sur sa décision personnelle qu’il ne revient pas. Il ne s’agit pas d’une décision du gouvernement, du Sénat ou de l’Assemblée nationale. Non. Il s’agit de sa propre décision de ne pas revenir. Pourtant, les portes sont grandement ouvertes. »

Du côté du RCD, on ne partage pas le point de vue du PPRD quand au climat de sérénité évoqué par le député Mbuyu. Pour le sénateur Lola Kisanga du Rassemblement des Congolais pour la Démocratie, il n’y a pas eu de grands changements. « Par contre, il faut noter qu’il y a eu une sorte d’exacerbation des fractures politiques, une annihilation des vertus politiques. Et avec le risque, tel que vous l’aurez constaté, d’un retour en force des méthodes policières pour le règlement de nos différents dans le gestion. Le bureau du Sénat a été successivement saisi à trois reprises par le sénateur Jean-Pierre Bemba en vue de faire parvenir au bureau la justification de son absence aux travaux parlementaires, d’abord pour des raisons de soins médicaux, ensuite pour des raisons éminemment sécuritaires liées à son retour. Le bureau du Sénat y a réservé chaque fois une suite favorable. Maintenant, le sénateur n’est toujours pas de retour. La balle, à notre avis, est dans le camp du bureau du Sénat et entre les mains du gouvernement à qui revient la tâche de sécuriser la République et chaque citoyen. Le bureau a saisi le premier ministre, qui est le chef du gouvernement, pour lui transmettre les préoccupations de notre collègue et du Sénat, en ce qui concerne ces questions sécuritaires. Et nous attendons. »

Le MLC de Jean Pierre Bemba est strict. Aucun changement n’a été observé sous tous les aspects. Patrick Mayombe, député national MLC, estime en outre que l’absence de Jean-Pierre Bemba ne pose aucun problème, quant à la prochaine élection du porte-parole de l’opposition. « Moi, en tant que membre du MLC je ne vois pas ce qui a changé, naturellement. Il n’existe aucun texte qui stipule que pour qu’on organise les élections, il faut que le candidat soit présent. Même les élections législatives, les gens ont postulé et nombreux ne se sont pas rendus dans leurs fiefs électoraux. Il n’existe nulle part une loi qui précise cela. Donc on peut faire des élections avec ou sans Jean-Pierre

Source : Okapi/Kinshasa