Immeuble_Biac

Le 22 mars 2007, des combats ont opposés en plein centre ville de Kinshasa, les FARDC aux éléments commis à la garde du Sénateur Jean Pierre Bemba. Selon certaines sources, ces combats de 2 jours ont fait plus de 200 morts. Une année après ces événements, radiookapi.net a fait le tour des endroits qui ont constitué les champs de tirs lors de ces affrontements.

Sur le boulevard du 30 juin, certains immeubles portent encore les traces de ces combats. Des trous trahissant l’impact des balles sont encore visibles sur le bâtiment des Nations Unies, sur l’immeuble abritant les services de la société Vodacom, de même que sur l’immeuble de la fédération congolaise des football (Fecofa), pour ne citer que ceux-là.

A la résidence où vivait Jean-Pierre Bemba, principal champ de tir, les impacts sont très perceptibles. Les vitres volées en éclat n’ont jamais été remplacées. Une partie de la toiture n’existe plus à cause de l’incendie déclanchée ce jour là, et des trous sont encore visibles dans les murs de la résidence.

Certains immeubles ont pu être totalement réhabilités. C’est le cas de la Banque internationale pour l’Afrique au Congo (Biac). D’autres ne le sont toujours pas. Le cabinet d’avocat Me Kalenga, situé eu 7e niveau de l’immeuble Interpol par exemple. Selon Me Kafwa, collaborateurs de Me Kalenga, plusieurs lettres ont été adressées au ministère de l’Urbanisme et Habitat pour solliciter la réparation du bureau. Les experts du ministère sont descendus sur les lieux pour une évaluation, mais aucune action ne s’en est suivie.