Militaire

« J’ai quitté la guerre quand les autres la faisaient ; car la guerre ne peut aujourd’hui aboutir à des résultats positifs. Et pourquoi, aujourd’hui, les gens peuvent m’accuser faussement d’être derrière des mercenaires pour attaquer mon pays et mettre en mal la reconstruction qui s’amorce pour le bien de la population congolaise », s’est demandé l’ancien Secrétaire Général de l’Afdl et ancien compagnon de lutte de feu Laurent Désiré Kabila et actuel père du chef de l’Etat congolais, Joseph Kabila Kabange. M.Bugera a reconnu « qu’il y a tellement d’intérêts des capitaux des multinationales au Congo qu’une énième guerre n’est plus possible ;car il y a eu des élections et un président de la République a été élu, un parlement des élus exerce ses prérogatives et un gouvernement dirige les affaires de l’Etat »

Dans sa profession de foi, Déogratias Bugera a affirmé la main sur le cœur : « Je ne crois pas à un quelconque recrutement des mercenaires car les armes n’ont pas une place au Congo et dans la sous-région des Grands Lacs » et de souligner : « seul un homme insensé peut aujourd’hui préparer une guerre dans la sous-région aux multiples enjeux, mais avec quel soutien et pour quel objectif » ? S’agissant de la situation politique qui prévaut en Rd Congo, avec l’affaire du mouvement politico-religieux de Bundu Dia Kongo de l’honorable Ne Muanda Nsemi et celui armé du Cndp (Congrès national pour la défense du peuple) du général déchu Laurent Nkunda dans le Nord-Kivu, Bugera a invité les autorités en place à Kinshasa à résoudre économiquement et politiquement lesdits problèmes qui constituent une entrave à la paix, à la sécurité et à la stabilité, tant à l’Ouest qu’à l’Est de la Rd Congo et dans la région. « Je ne crois pas que Laurent Nkunda soit vraiment un problème insoluble qu’on ne peut pas réellement résoudre par la voie du dialogue dans un esprit de réconciliation nationale ».

Il a estimé que Ne Muanda Nsemi et Laurent Nkunda sont des groupes d’individus qu’il faut écouter face à leurs revendications à travers la culture du dialogue pour construire de façon durable la paix dans le pays. Selon lui, aujourd’hui c’est un boulevard d’opportunités qui s’offrent à la Rd Congo en termes d’investiment et des capitaux étrangers pour donner la chance au pays de se reconstruire et de se développer autant que d’autres pays du continent. « Personne ne veut la guerre au Congo, y compris la communauté à laquelle Laurent Nkunda appartient, et même au niveau régional », a-t-il précisé.

« Je suis à Pretoria, capitale politique de la République d’Afrique du Sud, en tant qu’exilé politique et je compte avec l’aide de Dieu, me convertir dans d’autres activités économiquement rentables et la guerre n’a plus sa place, le Congo doit se développer et devenir une de grandes puissances économiques régionales, à l’instar de la République d’Afrique du Sud », a conclu Déogratias Bugera. L’histoire retiendra que Déogratias Bugera, Laurent Désiré Kabila, Anselme Masasu et Ngandu Kisase ont été les quatre pères fondateurs des Accords de Lemera avec la signature de l’acte fondateur du mouvement insurrectionnel de l’Afdl en novembre 1996 et, qu’au bout d’une promenade militaire de sept mois, renversa le 17 mai 1997 à Kinshasa, le Maréchal Mobutu Sese Seko, après un règne de 32 ans au pouvoir dictatorial à la tête de l’ex-Zaïre