franc_congolais_billetAprès avoir longtemps em­pêché la commission spéciale de comptabilité et de contrôle des ressources de faire son rapport à la plé­nière, le bureau de l’Assem­blée provinciale avait fini par se rendre à l’évidence. C’est ainsi qu’au cours de la plénière mardi, cette mission a dévoilé le contenu de son rapport. Il se dégage à travers ce rapport que le bu­reau de l’Assemblée provin­ciale de Kinshasa s’est illustré par une gestion catastro­phique. Incapable de sup­porter l’éclosion de la vérité, le président de l’Assemblée provinciale avait commencé par décréter un huis clos afin que sa mégestion ne soit connue des fins limiers de la capitale. Après, apprend-on de bonne source, il a décidé purement et simplement de suspendre la séance au mo­ment important de la mani­festation de la vérité.

Il est signalé dans ce rapport que le bureau avait voulu mettre les bâtons dans les roues de la commission en amont en ne mettant pas à sa disposition tous les moyens de sa politique.

Ainsi par exemple, de l’état de besoin présenté par la commission, soit 854.500 FC pour son bon fonction­nement, le bureau n’a pas libéré la totalité du montant. Il nous revient qu’il n’a été mis à la disposition de la Commission que 250 dol­lars, soit 127.500 FC pour l’achat de carburant pour les membres de la Commission. Il sera suivi de 200.000 FC pour permettre à la Commis­sion d’acheter des outils de travail. Enfin, un montant de 500.000 Fc a été remis à la Commission.

Les investigations de la Commission ont été me­nées aussi bien auprès des organes de gestion du bu­reau de l’Assemblée provin­ciale des institutions et services du gouvernement central. C’est ainsi que les membres de Commission ont mené des investigations auprès des services et du gouvernement central. C’est le cas du Ministère­ de l’intérieur, Décentralisation et Sé­curité (Gouvernement cen­tral) du Ministère des Finan­ces (Gouvernement central), du Ministère du Budget (Gouvernement central) et du Ministère de l’Economie et des Finances du Gouver­nement provincial.

Le constat est amer. Les dépenses engagées par le bureau de l’Assemblée provinciale s’élèvent à 441.210.922 Fc alors que l’encaisse est de l’ordre de 456.913.120 Fc. Le solde en caisse en date du 27 sep­tembre 2007, est de l’ordre de 15.702.198 Fc. Et pour­tant, le solde dans la caisse présente un montant de 60.698 Fc, soit une diffé­rence nette de 15.641.500 Fc. Les montants mention­nés notamment pour les frais de transport des députés ne sont jamais arrivés à desti­nation. La gestion de la do­tation n’est pas transpa­rente également. En ce qui concerne le fournisseur Gecopeint, le bureau n’a pas pu justifier une différence de 2.599.000 Fc au regard des factures réellement émises par ce fournisseur.