snel

La haute direction de la Société Nationale d’Electricité (Snel) a décidé l’arrêt « volontaire », depuis mercredi, de la centrale de Zongo. C’est ce qui explique les fortes perturbations que l’on enregistre dans la partie Ouest de Kinshasa ( Cité Maman Mobutu, Cité Verte, Ozone, Gombe, Ngaliema).
Selon une source sûre contactée par Le Phare, la mise à l’arrêt momentanée de la centrale hydroélectrique de Zongo, pour une période d’environ 14 jours, s’inscrit dans l’optique de l’amélioration imminente de la desserte de la capitale en énergie électrique. En effet, ce temps mort va être mis à profit pour des travaux de réhabilitation d’un second groupe sur les cinq que compte cette centrale, laquelle fonctionnait jusque-là avec un seul groupe.

L’équipe d’ingénieurs et techniciens de la Snel s’activent donc à Zongo autour du « pivot » reconditionné récemment en Afrique du Sud et de ses annexes. Dans deux semaines, lorsque le premier et le second groupes de Zongo seraient mis en marche, cette centrale électrique serait en mesure de produire environ 30 mégawatts, ce qui représente le 1/3 du déficit d’Inga en énergie électrique à Kinshasa, lequel s’élève à 100 mégawatts. Pour couvrir les besoins de la capitale, il faut attendre la construction d’une deuxième ligne de conduite du courant entre Inga et Kinshasa, un projet déjà inscrit au budget d’investissement du gouvernement.
Mais, déjà avec 30 mégawatts attendus de Zongo, soutient notre source, la desserte de Kinshasa en électricité pourrait se normaliser dans deux semaines. Et le phénomène de « délestages » ferait moins de victimes.
S’agissant de la partie Est de la ville (Matete, Lemba, Ndjili, Masina, Kimbanseke), qui se trouve durement frappée par des délestages, cette situation est consécutive à une nouvelle panne qui s’est déclarée dans le transformateur de Liminga, à la sous-station de Limete, après sa réparation réussie par des techniciens de la Snel.
Cette société a pris contact avec les ministères des Travaux Publics et Infrastructures pour examiner la possibilité de transfert, à Limete, du transformateur de réserve en souffrance à Maluku. La difficulté se situe au niveau de son poids – 60 tonnes- lequel pose problème pour la traversée des ponts de Nsele, Mikonga et Ndjili. La Snel voudrait s’assurer si une telle opération peut s’effectuer sans dommages pour les ouvrages précités.
Il est enfin précisé les travaux de réparation entamés depuis mercredi à Zongo et tous les autres qui touchent au réseau électrique de Kinshasa sont financés sur fonds propres, en attendant des pourparlers avec des partenaires pour la réhabilitation des 5 groupes de Zongo.