News_11220_2

Enfin, les jérémiades des populations empruntant l’avenue de l’Université jusqu’au niveau du rond-point Ngaba ont été entendues. «Libulu Manzengele», trou béant rendu célèbre par son ampleur et ses désagréments, va connaître un remblai et, du coup, la réhabilitation d’une partie de la chaussée. Chinois et Kimbuta, le gouverneur de la ville, «rivalisent» d’«ambitions» pour l’exécution des travaux.

La grande crevasse fendillée sur l’avenue de l’Université à son croisement avec la rue Manzengele entre la commune de Ngaba et celle de Makala a fait dernièrement l’objet de la visite du gouverneur de la ville de Kinshasa, André Kimbuta Yango. 24 heures après celle effectuée par un groupe de Chinois conduits par une équipe de techniciens de l’Office des voiries et drainage (OVD). Si ces derniers sont venus faire l’état des lieux avant d’initier les études de faisabilité des travaux prévus pour juin prochain, Kimbuta est passé pour annoncer le remblayage dès ce lundi 19 mai.

Si le ridicule pouvait tuer, l’autorité urbaine de Kinshasa serait déjà enterrée ! Heureusement ! Néanmoins, toute honte bue, elle a eu le courage d’effectuer le déplacement de Manzengele … après les Chinois. Comme pour dire que n’eût été la présence, la veille, des Chinois en ce lieu, le chef de l’exécutif provincial ne se serait pas déplacé.

En effet, cela fait pratiquement près d’une année depuis que «Lubulu Manzengele» est devenu célèbre. L’Hôtel de ville n’a daigné s’intéresser à ce trou béant qui a même coupé en deux l’artère de l’avenue de l’Université.

Ce qui oblige les passagers à bord des véhicules en provenance de la ville ou du marché Gambela, par exemple, de poursuivre à pieds avant de prendre une autre correspondance. D’autres conducteurs de véhicules, pour chercher à éviter ce désagrément, empruntent l’avenue By Pass pour déboucher sur le rond-point Ngaba. Malheureusement, qu’on soit à une heure de pointe ou pas, des bouchons monstres y sont toujours enregistrés. Et la presse, en l’occurrence Le Potentiel ne ménage aucun effort pour attirer l’attention des autorités compétentes pour la restauration de la voirie urbaine. Sans succès.

Les observateurs estiment que l’Hôtel de la ville de Kinshasa ne doit pas faire semblant de se racheter et laisser aux Chinois le soin de poursuivre ce qu’ils ont commencé. Même si c’est encoure sur papier. Le gouvernorat devrait plutôt chercher à remblayer d’autres «Mabulu Manzengele» qui jonchent les artères tant principales que secondaires de la capitale congolaise.