Matadi_Port

La firme internationale Bivac ne va plus vérifier les marchandises à l’arrivée en RDC. La période expérimentale de 3 mois fixée pour la vérification conjointe des marchandises importées, à destination de la RDC, par Bivac-Ofida-OCC vient d’expirer. Désormais, les opérateurs économiques doivent déclarer leurs marchandises avant l’embarquement auprès des représentations de cette entreprise à l’étranger, indique radiookapi.net

L’administrateur délégué général de l’Ofida, Deo Ruguiza Magera, fait savoir que le contrat avec cette firme internationale n’est pas rompu, puisque signé pour une durée de 3 ans, renouvelable 2 fois.

Pour certains opérateurs économiques, la présence de Bivac a été bénéfique. Elle a permis à nombreux d’entr’eux de travailler dans le formel. Cependant, ils lui reprochent de tenir des prix moyens internationaux européens pour la douane, alors que le marché attractif de l’heure est l’Asie.

En réponse justement à ce reproche des opérateurs économique, Bivac fait savoir que les taxes à l’importation sont fixées en tenant compte des prix bien analysés par ses centres d’inspection établis à travers le monde.
Cette firme internationale affirme également, que la hausse du prix des produits en RDC, n’est pas liée à leurs activités.
Par ailleurs, son directeur général, Dominique Vibart, estime que bien que cette période expérimentale ait connu des problèmes d’adaptation, elle a donné des résultats immédiats intéressants. Il a évoqué notamment l’augmentation des recettes dues à l’Etat