Troupes_FARDC

Au moins 2 bataillons des brigades intégrées de l’armée nationale (FARDC) ont débuté mardi des opérations de sécurisation des populations à Walikale, à environ 200 kilomètres à l’ouest de Goma, territoire encore sous influence des FDLR. Il s’agit des éléments qui ont subi un recyclage par des Casques bleus de la Monuc. D’où la satisfaction des autorités administratives de ce territoire qui recèle d’importantes ressources minérales et forestières

Ce mardi 20 mai 2008, deux sections des militaires des FARDC patrouillent dans l’artère principale qui traverse la cite de Walikale centre. Elles font partie du 11e et du 21e bataillons intégrés qui viennent de subir un recyclage par des Casques bleus de la Monuc à Luberizi au Sud-Kivu et à Nyaleke, près de Beni, au Nord-Kivu. Ces éléments seront déployés dans les zones encore sous influence des FDLRs rwandais. Soulagement de Dieudonné Tshishiki Mutoke, administrateur du territoire de Walikale, qui affirme ne contrôler que 40% du territoire qu’il est sensé administrer :«Le territoire de Walikale a deux secteurs. Les deux secteurs sont constitués de 18 groupements. Dans les 18 groupements, on trouve des éléments FDLR dans plus ou moins 10 groupements. Ce sont eux qui contrôlent au moins 60% de la superficie de notre territoire

Mais la population de Walikale a peur. Selon certains habitants que nous avons rencontrés sur place, le déploiement d’un tel nombre de militaires et de la Monuc ne peut pas se faire sans heurts avec les FDLRS, très actifs dans la région depuis 1994. Ceux-ci déclarent être prêts à résister à tout désarmement forcé.

Pour Sylvie Van Den Wildenberg, porte-parole de la Monuc à Goma, ces opérations conjointes FARDC-Casques bleus de la Monuc ont été conçues de manière à réduire au maximum possible leur impact négatif sur la population civile. Les exercices de ce mardi à Walikale ne constituent qu’une étape. D’autres devraient être organisées bientôt, au fur et à mesure que les troupes FARDC se déploient dans la zone.