katumba_mwanke_noirDu jamais vu dans un pays indépendant. Intouchable par le fait qu'il est protégé par certains dignitaires, un Libanais a séquestré les députés congolais (nationaux et provinciaux) dans la concession dite Renapi, dans la commune de la Gombe.
Que s'est-il passé exactement pour que les élus du peuple subissent une telle humiliation? Pourquoi un sujet libanais peut-il se comporter comme dans un pays conquis? En fait, les habitants des environs de la RENAPI se plaignent, depuis un certain temps, de la pollution de la rivière Gombe dont ils sont victimes de la part d'un sujet libanais. Informée de la situation, l'Assemblée provinciale de la ville de Kinshasa a diligenté une mission d'enquête en vue de se rendre effectivement compte de cette pollution. Arrivé sur place, le député provincial Gérard Mulumba, alias Gecoco, a vu la porte de la parcelle fermée derrière lui, à travers un emprisonnement inattendu, sur ordre dudit Libanais.

Surpris par cette séquestration, Gérard Mulumba informera, par téléphone à l'intérieur de sa jeep, le député national Francis Kalombo qui, lui aussi, une fois sur place, est pris en otage par ce même Libanais. Même sort pour le député national Denis Kambayi venu à la rescousse de son collègue Francis Kalombo. C'était alors la désolation. Les coups de fil ont retenti dans tous les sens afin de chercher à contraindre ''le preneur d'otages'' à libérer les députés. Mais sans succès. Voilà qui a mobilisé l'Assemblée nationale et la police. Cette dernière dont les éléments ont pu escalader les murs, aurait réussi à embarquer tout le monde (députés et libanais) à destination du quartier général de la Police d'intervention rapide dans la commune de Kasa-Vubu. C'est là que députés et libanais seront finalement libérés. Mais, comment expliquer donc que ce Libanais ait bénéficié d'une libération aussi rapide après l'humiliation qu'il a fait subir aux députés congolais?

Roger Lumbala: ''C'est Katumba MWANKE qui a donné l'ordre de libérer le Libanais''


La désolation était totale hier à l'Assemblée nationale. L'annonce, par le député national Roger Lumbala, de la séquestration des élus du peuple congolais par un sujet libanais, a suscité la colère dans le chef des députés. Pour Roger Lumbala, le Libanais qui terrorise les Congolais est protégé par le député Katumba Mwanke. ''C'est lui qui a donné l'ordre de libérer ce Libanais que la police voulait mettre aux arrêts'', a-t-il déclaré. Si ce que Roger Lumbala dit est vrai, c'est que les pratiques rétrogrades de la deuxième République de triste mémoire ont bel et bien refait surface en RDC après les élections et donc après l'entrée de la RDC dans la troisième République. Mais, de l'avis de bon nombre d'observateurs congolais, le président Joseph Kabila, qui a été élu au suffrage universel direct par les Congolais, n'a en tout cas pas besoin, dans son entourage, des collaborateurs qui déshonorent son régime en cette période de reconstruction et de respect des principes démocratiques.
Si les affirmations du député Roger Lumbala s'avéreraient vraies, il y avait lieu que le Président de la République, qui prône la bonne gouvernance, la fin de la récréation et qui tient à faire de la RDC un Etat de droit, puisse tire toutes les conséquences.