pains

C’est depuis mardi que cette usine ne fonctionne plus.Tous les travailleurs ont été licenciés, après avoir touché des décomptes finals, très modiques selon les bénéficiaires. D'après certains travailleurs, les responsables de BKTF justifient cette fermeture par une raison de santé de l'employeur, avancé en âge, et qui estime ne plus être en mesure de travailler. Cette information n’est cependant pas confirmée jusqu'ici par le concerné

Les travailleurs de BKTF dénoncent les irrégularités ayant entaché cette procédure de fermeture. Ce mercerdi matin, le grand portail donnant accès à l’usine de l'usine de panification de Masina, BKTF, est resté fermé. Des journaliers arrivés sur place ont longtemps attendu avant de voir la sentinelle ouvrir la grille de l’intérieur. Rt, c'était pour toucher la dernière pension mensuelle, a déclaré l’un d’eux.

Pour le délégué syndical du personnel,Willy Bomashi, le patron leur a officiellement annoncé que l’entreprise allait fermer. « Le jeudi passé, le patron nous a appelé pour nous demander de le rencontrer. Il nous a dit que notre employeur était malade et avait décidé de la fermeture de l'entreprise. Il nous a rassuré pouvoir nous payer conformément à la législation sociale. Cependant, lundi, notre surprise a été grande de constater beaucoup d'irrégularités. Il n' a par exemple pas tenu compte de l'ancienneté. »

Le conseiller juridique de BKTF, Me charles Mampuya, n’a pas été en mesure de confirmer ou d'infirmer cette information. Une chose est sûre, si cette fermeture était confirmée, elle aura des conséquences sociales non moins importantes.
D'après certaines sources internes, BKTF emploie une cinquantaine d’employés réguliers et plus de 130 journaliers. Ces derniers, pourraient se retrouver au chômage. Sans compter d'autres conséquences néfastes pour leurs dépendants directs