CAssembl_e_nationale’était une décision très attendue, après que l’Assemblée Nationale ait statué sur les démêlées survenues entre Zaidan, un homme d’affaires libanais opérant en RD. Congo, et les Honorables Francis Kalombo et Gekoko Mulumba.
Le Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie, par la voix de son Porte-Parole, M. Bofaya, a levé les dernières options. Désormais, ces deux Honorables Députés sont temporairement exclus. Ils sont, en outre, déchus de leurs fonctions et interdits d’engager le parti présidentiel, pendant toute la durée de leur exclusion.
Les traits tirés pèsent sur leurs têtes dans la mesure où la justice s’en est mêlée. Au jour d’aujourd’hui, les investigations se poursuivent alors que le procès est ouvert. Il va sans dire que dans les jours à venir, l’opinion sera certainement édifiée sur les tenants et les aboutissants de cette affaire qui n’a fait que ternir davantage l’image du parti dont Kabila Joseph est l’Autorité morale.
Tout porte à croire que cette sanction, longtemps mûrie, reste un leçon pour les inconditionnels du sérail présidentiel qui se croient au-dessus de la loi et des institutions de la République. La question avait, en son temps, fait couler beaucoup d’encre et de salive.

Source : La Prosperité/Kinshasa
Un des deux, après avoir empoché 25.000 USD, avait jugé utile de revenir sur le lieu de son forfait.
Il était question, pour lui, avait-on laissé entendre, de tenter une nouvelle rafle qui, malheureusement, avait tourné au vinaigre ; le libanais ayant pris ses dispositions.
Aux dires d’un certain Alexis Thambwe Mwamba, Député National élu de son Maniema natal, des escrocs de grand chemin, à l’instar de Kalombo et de son colistier Mulumba alias Gekoko, n’avait aucun mérite de siéger au sein de la chambre des Représentants, au Palais du peuple, ni à l’assemblée Provinciale de Kinshasa.
Fini donc l’aventure. Il ne reste qu’à la justice de jouer son rôle et de dire le droit, dans cette ténébreuse affaire.
D’ores et déjà, des appels de pied sont lancés aux juges contre toute tentative de corruption. C’est le moment, soutiennent plusieurs langues, de mettre en action la volonté du Président Kabila, de combattre l’impunité. L’exemple doit venir d’en haut. Kalombo et Mulumba ont été pris, la main dans le sac. Leur complicité a été telle que les explications qu’ils fournissent sont de nature à faire rire les vaches. En tout cas, la justice doit frapper de telle sorte que les portes de la prison de Makala, toujours ouvertes, les accueillent, sans le moindre atermoiement.