chantier

Au bord du fleuve Congo, à Kinsuka, le Programme d’appui à la réhabilitation, PAR II, financé par le Fonds européen de développement de la Commission européenne, réaménage la station de prise d’eau afin d’augmenter la capacité de production de l’usine de traitement d’eau de Lukunga. Les travaux sont exécutés par l’entreprise Safricas, dans le cadre du partenariat PARII-Regideso.

Cette intervention se justifie dans la mesure où, en période d’étiage, la station de captage ne disposait pas de quantités nécessaires d’eau et était ensablée pendant de longs mois. Ce dysfonctionnement était accentué par le manque d’entretien. D’où la nécessité de rendre opérationnelle, en tout temps, la station de captage et garantir ainsi un débit suffisant à l’usine de traitement de Lukunga.

Pour ce faire, le captage a été renforcé par la construction d’une chambre de prise d’eau de 55 m² de surface et de 5 m de hauteur, ancrée sur le fonds rocheux du fleuve, protégée par une digue. La chambre de prise d’eau de Kinsuka est aménagée de manière à permettre à la station de prise d’eau de fonctionner normalement, même quand le niveau d’eau du fleuve Congo baisse considérablement. Elle a été calculée et profilée de façon à ne pas se renverser à la suite des effets du courant. Elle permet aussi de protéger les crépines, ces dispositifs métalliques pleins de trous, situés au bout des tuyaux d’aspiration d’eau. Avant la construction de la chambre, les crépines étaient à la merci des cailloux, sables et autres jacinthes d’eau, qu’elles aspiraient directement sur le fleuve au point de boucher les tuyaux et de surcharger, sinon endommager, les groupes motopompes. Avec le nouveau système, le fond de la chambre est à un niveau tellement bas que, dans tous les cas d’espèces, une lame d’eau sera disponible et les pompes ne pourront pas fonctionner à vide, même en saison sèche.

L’autre innovation pour ce captage d’eau, c’est la construction du lanterneau, sorte de cheminée, qui permet d’accéder à la chambre de prise. Avec ses 11 m de hauteur, il est construit largement au-dessus du niveau des plus hautes eaux. Relié à la berge par une passerelle en cours de construction, il constitue un dispositif d’inspection de la chambre de prise et de manœuvre des vannes. L’accès à la chambre rendue facile, son nettoyage se fera de manière plus régulière grâce à un agitateur, avec une pompe appropriée.

A la fin des travaux, l’eau brute aspirée au niveau de la chambre de prise, grâce à quatre groupes motopompes fonctionnant de manière alternée, selon les besoins, sera refoulée vers l’usine de Lukunga. Après traitement, l’eau coulera de manière plus régulière et avec augmentation de pression, aux robinets des abonnés de la Regideso habitant les quartiers Binza/Ozone, Djelo/Binza, Binza/Météo, Cité Verte…

L’usine de traitement d’eau de Lukunga est reliée à la station de captage de Kinsuka par une conduite de 0,65 m de diamètre. Avec les quatre groupes motopompes d’un débit de 500 m³/heure, chacune, cette usine, alimentée également par la rivière Lukunga, pourra faire face à la demande en eau des abonnés de la Regideso qui dépendent d’elle, surtout en saison sèche, quand le débit de la rivière est son niveau le plus bas.

La réhabilitation du centre de captage d’eau de Kinsuka se situe dans un appui global apporté à la Regideso pour la réhabilitation des usines de traitement d’eau. Le PAR II, dans son volet eau potable et assainissement, modernise Lukunga, la première usine de traitement d’eau en RDC, fondée en 1930. Avec l’appui du captage de Kinsuka, le nombre de ménages qui auront accès à l’eau potable, de manière plus permanente, va s’accroître.