Argent

Un groupe de voyous a brutalisé les fidèles d’une église de réveil à Yolo-Nord. Cela s’est produit le jeudi 21 août à 19h00’’. Les délinquants ont fait main basse sur toutes les offrandes, juste au moment où le pasteur Paf et ses adeptes étaient en transe pour la délivrance.

Et dire que le pasteur Paf avait eu une autorisation écrite des autorités municipales, moyennant quelques billets de banque tirés sur sa dîme. Surtout que la campagne devait se tenir en pleine voie publique. C’est-à-dire sur l’avenue Lukenie, près de la chaussée de Kimwenza à Yolo-Nord. Les sœurs et frères en Christ attendaient avec impatience la grande journée. Car cet oint de Dieu était réputé pour ses miracles.

Dès 15h00’’, les enfants de Dieu affluaient en masse. Ici, ce n’était plus le « bonjour » classique qui fusait des bouches, mais le sacré « alléluia ». Enfin, l’envoyé de Dieu arrive, accueilli par des acclamations et cris frénétiques. Les orchestres invités se succédaient sur le podium. Et puis est venue la prédication. Au moment des offrandes, les paniers étaient presque pleins.

A 19h00’’, c’était le moment de la délivrance. Avec l’effusion du Saint-Esprit, tout le monde s’était mis à parler en langues. On entendait plus que les paroles inaudibles du genre : « Abrakada, ba ba ba ba,, Kukukuku ». Tout le monde avait les bras levés au ciel et les yeux fermés. De temps en temps, des sœurs en transe s’écroulaient par terre. Les chargés du protocole les emmenaient ensuite chez le pasteur pour la délivrance. Belzébuth était aussi de la partie. Car, c’est le moment que choisirent les délinquants de Yolo, surnommés « Zoulous ».

On ne sait pas d’où est venu le premier projectile, mais c’est le pasteur qui en a goûté la saveur. « Mama nakufiéee ! (Ma mère, je suis mort !) ». Venait-il de rugir. A ce cri, le Saint-Esprit a quitté les fidèles. Revenus sur terre, ils ont remarqué que plusieurs voyous fonçaient sur eux. Ces « Zoulous » portaient toutes sortes d’armes blanches. Ils se mirent à tabasser les fidèles. C’était le sauve-qui-peut.

Malheur à maman pasteur. Elle a attrapé un de gourdin en voulant s’échapper avec les offrandes. Et les délinquants ont tout emporté. Le batteur de tambour était parmi les blessés. Le lendemain matin, quelques Bibles jonchaient encore le sol.