March_

Le marché Pont Cabu situé dans la commune de Kalamu est délocalisé. Ainsi en a décidé le Conseil des ministres provincial de Kinshasa. Cette décision intervient après l’inondation de ce marché à la suite des pluies qui se sont abattues la semaine dernière sur la capitale.

Les pluies qui se sont abattues la semaine dernière sur la ville de Kinshasa ont provoqué une forte inondation de la rivière Kalamu à la place Pont Kasa-Vubu (ex- Pont Cabu), dans la commune Kalamu. Le débordement des eaux avait empêché les boutiquiers d’accéder à leurs maisons de commerce. Après le retrait progressif des eaux, il a été constaté que les caniveaux que traversent le boulevard Sendwe étaient totalement bouchés par les immondices.

Les travaux de curage ont été entrepris depuis le dimanche 5 octobre 2008 en vue de faciliter le passage des eaux à travers ces caniveaux. Pour éviter une prochaine inondation qui pourrait avoir des conséquences dramatiques, les ministres du gouvernement provincial ont, au cours de leur conseil tenu le week-end dernier, décidé la délocalisation de ce petit marché. C’est qu’indique le journal en ligne de la radio Okapi parrainée par l’Organisation des Nations unies.

Ce lieu de négoce, dont l’existence remonte à plusieurs années, est fréquenté par beaucoup de gens, dont certains viennent d’autres communes. Ceci, à cause des prix abordables des épices qui y sont vendues (oignons, tomates, feuilles de lauriers, etc.).

Maintenant que la saison des pluies est au rendez-vous, il est de bonne politique que des dispositions utiles soient prises pour éviter des surprises désagréables qui pourraient s’avérer irréparables.

LES VENDEURS REAGISSENT

La décision de délocalisation de ce marché s’avère être un coup dur porté à l’endroit des vendeurs qui y exerçaient leurs activités.

Interrogés par Le Potentiel, beaucoup affirment que trouver actuellement un endroit disponible dans un des marchés de la capitale relève d’un parcours de combattant. « Le montant officiel à verser pour disposer d’ un espace au marché n’est pas connu. Il varie selon l’ humeur des agents. A cela s’ajoutent d’autres frais connexes. Nous risquons d’être réduits au chômage », se plaint Mme Jeanne, toute inquiète.

Les places disponibles dans les marchés de Kinshasa sont pratiquement inexistants. C’est pour cette raison que les vendeuses et vendeurs sont tentés d’exposer le long des avenues qui entourent les marchés. Ils s’exposent ainsi à la merci des éléments de la police nationale congolaise (PNC) chargés de déguerpir les vendeurs qui exercent leurs activités à des endroits interdits.

« Nous souhaitons que le gouvernement provincial de Kinshasa qui a décidé la délocalisation du marché Pont Kasa-Vubu nous trouve un autre endroit où nous pourrons exercer nos activités commerciales », souligne une vendeuse d’oignons.