Kinshasa

La pluie qui s’est abattue toute la matinée d’hier jeudi 30 octobre, de 2 heures à 10 heures sur l’ensemble de la ville, a occasionné d’importants dégâts matériels dans certaines communes de la capitale.

Plusieurs rivières sont sorties de leurs lits au point d’envahir les parcelles et maisons riveraines en y laissant déchets et immondices charriés par les eaux.

Des routes coupées, des nids de poule devenus de véritables lacs artificiels, etc. Voilà autant de dégâts enregistrés après cette pluie venue aggraver la situation déjà précaire des Kinois. Notamment la rareté de véhicules commis au transport en commun. Beaucoup ont été garés par leurs propriétaires par crainte de pannes.

Dans la commune de Kalamu, les habitants des quartiers Yolo-Nord, Yolo-Sud et Kimbangu se sont, comme toujours à pareilles occasions, livrés à l’évacuation de l’eau de leurs maisons.

Le pont jeté sur la rivière Kalamu, sur l’avenue Bongolo, à la hauteur de l’Université Simon Kimbangu, a été submergé. Situation qui a perduré plusieurs heures après la pluie. Passage obligé pour de nombreuses personnes, ce pont n’a pas permis une traversée aisée. C’est pour cette raison qu’elles ont dû patauger dans les eaux boueuses, courant ainsi le risque d’électrocution.

Sur l’avenue Luambo Makiadi (ex-Bokasa), le pont a été également submergé et n’était accessible, pendant la pluie, qu’aux véhicules 4X4. Quant aux piétons, ils étaient contraints à changer d’itinéraire du fait que les eaux de la rivière étaient encore en furie plusieurs heures après l’arrêt de la pluie. Seuls les jeunes gens désœuvrés ont défié tous les risques en se livrant à extraire du sable sur le bord de la rivière.

A Kinsuka/Pompage, la route qui mène vers de Don Bosco était impraticable. Elle était par conséquent fermée à la circulation, les eaux de la rivière ayant débordé et envahi la chaussée sur plus de deux cents mètres. Les véhicules ont été contraints à contourner en empruntant la route des Caravanes (Lutendele) pour atteindre l’arrêt Pompage. Et le piétons venant des Kimbwala, Don Bosco, Gombe-Lutendele de recourir au quartier City pour déboucher sur le pont Moleka. Cela, pour parvenir à l’arrêt Pompage. Où la situation n’est guère brillante, le sable et autres terres boueuses ayant littéralement envahi la chaussée et la station d’essence Cohydro.

De Pompage en allant vers la localité de Mbudi, le pont jeté sur la rivière Mbinza a vu sa largeur rétrécie, ne permettant que le passage d’un seul véhicule. Les prochaines pluies peuvent emporter l’ouvrage si on n’y prend garde.

L’état de l’avenue de l’Université n’a fait que s’aggraver. L’ex-«Libulu Manzengele» prend des proportions inquiétantes. Les eaux stagnantes occupent actuellement toute l’avenue, d’un bord à l’autre. Sur la même avenue, au niveau de la station Fina, des nids de poule ont des dimensions importantes. Les véhicules commis au transport en commun y passent difficilement. Certains s’y engouffrent et provoquent des embouteillages monstres.

Dans les communes de Bumbu, Ngiri-Ngiri et Kasa-Vubu, beaucoup de gens n’ont pas pu sortir de leurs maisons, tôt le matin.

Car les rues et avenues de ces municipalités étaient sous eaux. C’est le cas notamment des avenues Lokoro, Mai-Ndombe, Assossa et Gambela.