Refugies_kivuL'Ouganda a accusé les rebelles du général Laurent Nkunda, en RD Congo, de crimes contre l'humanité en castrant des hommes et en utilisant des civils comme boucliers humains. Stupéfait par les révélations des réfugiés congolais dans l'ouest de son pays, le ministre ougandais des Réfugiés et de la Préparation des Catastrophes, Tarsis Kabwegyere, a demandé à la communauté internationale, particulièrement à l'Union africaine (UA), de trouver rapidement une solution à la crise dans l'est de la RD Congo.

"Les rebelles commettent toutes sortes d'atrocités contre les civils. Ils castrent les hommes, utilisent les civils comme boucliers contre les attaques des forces gouvernementales et commettent des massacres gratuits", a affirmé le ministre ougandais, cité dans un communiqué. "Le responsable de l'ONU à Goma m'a déclaré qu'il y a des preuves que des garçons sont castrés", a ajouté M. Kabwegyere.

Par ailleurs, les réfugiées congolaises accusent les Ougandais vivant le long de la frontière de les harceler sexuellement. Des combats ont opposé il y a quelques jours dans le nord-est de la RD Congo, des rebelles du général Nkunda à l'armée nationale.

Depuis l'éclatement du conflit il y deux semaines, le HCR a accueilli un millier de réfugiés dans les camps situés à plus de 150 km de la frontière avec l'Ouganda.