pierre_pean_portrait200couverture_livre_pean150Pierre Péan était poursuivi par SOS Racisme pour « diffamation raciale » et « discrimination raciste » à cause de quatre pages de son livre Noires fureurs, blancs menteurs (Ed. Fayard), publié fin 2005, sur le génocide rwandais. SOS Racisme avait déposé plainte en octobre 2006, reprochant à Pierre Péan d'avoir écrit que les Tutsis avaient « recours au mensonge et à la dissimulation » ou étaient des « professionnels de la manipulation ». L’éditeur Claude Durand a également été relaxé. L'avocat de l'association SOS Racisme, Maître Léon Lef Forster, a immédiatement annoncé qu'il ferait appel du jugement.

Pierre Péan, 70 ans, qui s’était présenté comme un des parrains de SOS Racisme, était poursuivi pour quatre pages de son volumineux livre contenant, selon l’accusation, des citations assimilées à de la provocation et à de la discrimination raciale. Outre l’association, le ministère public avait, lui aussi, décidé de poursuivre l’auteur et l’éditeur de Noires fureurs, blancs menteurs. Le tribunal a estimé que la formulation « culture du mensonge et de la dissimulation », aussi brutale qu’elle puisse apparaître, spécialement pour les victimes d’un génocide, « ne peut être considérée comme l’imputation d’un fait précis visant à jeter le discrédit sur l’ensemble des Tutsis ».

Les magistrats ont souligné que Pierre Péan n’a jamais nié « la réalité du génocide » qui en 1994 a fait, selon l’ONU, 800 000 morts, essentiellement parmi la minorité tutsie du Rwanda, « même si la formulation qu’il emploie peut légitimement heurter ceux qu’il vise ». Le tribunal a toutefois estimé que l’auteur « s’est naturellement exposé à la critique » et que « la seule considération pour les victimes du génocide aurait dû le conduire à davantage de précautions dans la formulation de ses propos ».

L’avocat de SOS Racisme a exprimé sa « grande tristesse » car, selon lui, « le tribunal a indiqué honnêtement que les propos (de l’auteur) étaient tout à fait déplacés mais a eu une lecture très modérée de ces propos ». Il a ainsi annoncé son intention de faire appel du verdict.