Des troupes du chef rebelle congolais Laurent Nkunda ont tué au moins 13 civils et recruté de force 200 jeunes hommes fin novembre, juste avant leur retrait d'un axe stratégique dans l'est de la RDC, a déclaré mardi à l'AFP la Mission de l'ONU en RDC (Monuc).

Des membres du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) de l'ex-général Nkunda s'en sont pris aux populations civiles entre les localités de Kiwanja (80 km au nord de Goma, la capitale provinciale du Nord-Kivu) et Ishasha (120 km au nord de Goma, à la frontière avec l'Ouganda), a déclaré le porte-parole militaire de la Monuc, le lieutenant-colonel Jean-Paul Dietrich.

"Entre les 25 et 29 novembre, il y a eu au moins 13 civils tués, 2 blessés, 5.000 déplacés, 20 enfants disparus et 200 jeunes hommes recrutés pour combattre ou pour être soumis à du travail forcé", a-t-il précisé.

"Vingt maisons ont été pillées", a ajouté le colonel Dietrich, précisant que ces informations avaient été établies par une équipe mobile de la Monuc.

Ces incidents sont "très graves", a ajouté l'officier.

Le CNDP avait avancé sur cet axe, à la mi-novembre, avant de s'en retirer début décembre. Des milices pro-gouvernementales ont immédiatement repris position dans la zone où des affrontements sporadiques continuent de se produire.

D'autre part, des hommes de Nkunda ont récemment exercé des "pressions sur des déplacés regroupés près de Kiwanja près d'une base de l'ONU", a ajouté le porte-parole.

"Ils ont dit à ces déplacés: +il faut que vous partiez, vous n'êtes pas en sécurité ici+. Nous, nous avons condamné cela, la population a le droit choisir où elle souhaite être", a ajouté le porte-parole de l'ONU.

Les rebelles de Nkunda, selon le porte-parole, "font cela pour montrer que la vie reprend dans les zones sous leur contrôle".

Les combats, qui avaient repris fin août dans l'est de la RDC avant de baisser considérablement en intensité fin octobre ont fait, selon des estimations de l'ONU, plusieurs centaines de morts et de blessés, principalement dans des tirs croisés entre l'armée régulière congolaise et les rebelles de Nkunda.