Dans son intervention, le sénateur Tshibombo Mukuna a soutenu que le silence du bureau du Sénat dans cette affaire laisse la place aux rumeurs dans tous les sens, que ce soit dans l’opinion ou dans les medias. Cette affaire a trait à la corruption et au détournement de fonds ponctionnés sur les frais de fonctionnement du Sénat. Le sénateur Mokonda Bonza est intervenu dans le même ordre d’idées, en déclarant que ces informations salissent l’honneur des sénateurs. Surtout dans le chapitre des rumeurs selon lesquelles chaque sénateur aurait reçu 7 000 dollars américains du président du Sénat pour étouffer les bévues qu’aurait commises le bureau.
Pour la petite histoire, tout a commencé par une lettre du sénateur Pius Isoyongo adressée au bureau, demandant des éclaircissements sur la gestion des finances. Il a dénoncé le non respect du règlement intérieur ainsi qu’une gestion opaque des comptes du Sénat. Une matière traitée à huis clos et le président du bureau aurait été blanchi. Toutefois, une question se pose au sein de l’opinion qui attend la version réelle de l’affaire qui implique ses représentants : à qui profite cet éclaboussement du bureau du Sénat ?