Lancement, depuis cinq jours, d’une vaste opération de ratissage et démantèlement des réseaux des fumeurs de chanvre à Bandundu ville. Plus de trente personnes sont déjà tombées dans le filet de l’auditorat militaire de garnison, qui exécute cette opération. Pour certains habitants, il n’est pas normal que l’auditorat militaire arrête même les civils. Selon l’auditorat cette action vise à décourager tous les fauteurs des troubles pendant les festivités de fin d'année

Capitaine Franck Kazadi, auditeur militaire de garnison : “Nous venons de lancer une opération de démantèlement des “nganda diamba”. C’est pour garantir la sécurité pendant les festivités qui s’approchent. Vous savez que la plupart de preneurs de ce chanvre sont les militaires et les policiers. C’est ainsi que nous avons décidé, surtout, de décourager les vendeurs de ces chanvres à fumer. Malheureusement, il y a de gens qui nous découragent. Non, l’auditorat militaire est en train de décourager les civils. Vous remarquerez que dans ces “nganda”, il y a des militaires et des policiers qui vont s’alimenter là-bas. C’est ainsi que, et le vendeur et les preneurs, nous les arrêtons tous, quitte à voir selon nos attributions, qui traduire devant le tribunal, qui envoyer devant la juridiction compétente. Nos militaires continuent à sillonner la ville de Bandundu à la recherche de “nganda” qui sont même dans les petits coins.