ndokwelo_faux_sous_lieutenantmukanda_fataki_faux_Major_fardcTrois faux officiers des forces armées congolaises dont un général de brigade qui rançonnaient des paisibles citoyens dans différents  marchés et centres de négoce de la capitale congolaise  viennent de tomber dans les filets de la prévôté  militaire, a annoncé jeudi à MMC/Digitalcongo, le major Zelwa Katanga, commandant du bataillon de cette unité d’élite pour la ville de Kinshasa.

Le major Velwa, mieux connu sous le surnom de Djajija a noté que cette bande a été interpellée lors des patrouilles diurnes et  nocturnes initiées  par la haute hiérarchie militaire du pays dans le cadre de l’intensification des mesures de sécurité pour la protéger les populations et leurs biens pendant cette période de fin d’année.

Le commandant PM a indiqué,en outre ,que ces hors la loi qui sont soumis  à un interrogatoire serré seront  transférés dès vendredi à l’auditorat militaire où ils doivent répondre de leur forfait et subir y la rigueur de la loi.

Il s’agit de MM Apalembi Madongola (faux général de brigade), Mukanda Fataki (faux major), Ndokwelo Itumi (faux sous-lieutenant ).

apalembiLa major Velwa  Djajija qui n’a pas voulu donner d’autres détails sur l’arrestation de ces faux militaires a souligné qu’il a reçu des instructions fermes de ses supérieurs de tout mettre en œuvre pour redorer l’image ternie des forces armées  en renforçant l’ordre et la discipline au sein des  unités de sa juridiction qu’est Kinshasa, vitrine de la République Démocratique du Congo.

Le second groupe arrêté dans le même cadre est composé  de deux officiers subalternes des FARDC, le capitaine Ngoyi Kitenge et le sous-lieutenant Gauthier Kodye qui s’étaient illustrés dans l’escroquerie et le trafic d’influence.

Ils ont été appréhendé mardi par les éléments du bataillon PM, ville de Kinshasa au moment où ils venaient  d’escroquer une somme de mille huit cents dollars américains à un paisible opérateur économique qui est venu se plaindre auprès des responsables de la « défense de la ville de Kinshasa » en donnant les indications précises sur ces officiers incriminés a-t-on appris.

Interrogés, le capitaine Ngoyi Kitenge et son complice, le sous-lieutenant Gauthier Kodye, tous deux membres du service de renseignement de la 11ème région militaire ont reconnu les faits leur reprochés.

Le major  Velwa a, par ailleurs, soutenu que ces militaires avaient entrainé leur victime jusqu’au camp Kokolo prétextant la présenter auprès de leur hiérarchie pour ensuite l’abandonner au rond point Moulaert et disparaître dans la nature .