Des accrochages ont éclaté ce matin dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) entre la rébellion du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) et un groupe armé pro-gouvernemental, faisant au moins six tués, selon l'Onu.

Ces affrontements se sont déroulés vers 7H30 (5H30 GMT) près de la localité de Mabenga (environ 90 km au nord de la capitale provinciale du Nord-Kivu Goma) a indiqué à l'AFP le porte-parole militaire de
la Mission de l'Onu en RDC (Monuc), le lieutenant-colonel Jean-Paul Dietrich.

Mabenga abrite une ancienne station du parc national des Virungas, qui sert désormais de position militaire aux rebelles du CNDP. Cette station marque la limite entre les territoires sous contrôle rebelle et
une "zone neutre" où sont localisés plusieurs groupes armés pro-gouvernementaux.

"Des éléments Maï-Maï ont attaqué une position du CNDP à Mabenga. Les assaillants ont été repoussés et ont laissé six morts derrière eux, un blessé grave
a été évacué" vers l'hôpital d'une ville voisine, a expliqué le lieutenant-colonel Dietrich.

Des casques bleus de la Monuc se sont rendus sur place et se sont interposés entre les deux factions pour éviter de nouveaux affrontements, a-t-il précisé, indiquant que les accrochages ont cessé vers 8H50 (6H50 GMT).

"Nos patrouilles ont observé une quarantaine d'éléments Maï-Maï qui se sont retirés de Mabenga vers Nedko, dans les environs de la localité de Rwindi" (où la Monuc dispose d'une importante base) a ajouté le porte-parole onusien, qui a qualifié l'incident de "relativement sérieux".

De son côté, le porte-parole militaire du CNDP, le lieutenant-colonel Séraphin Mirindi, a estimé que des combattants de la Coalition des patriotes résistants congolais (Pareco) sont à l'origine de cette attaque.