Vendredi, le billet vert avait franchi la barre de 800 FC sur le marché parallèle dans la capitale et à Mbandaka, il se négociait entre 850 et 900 FC. Les prix des biens et des services n’ont pas suivi le mouvement. Les experts eux, mettent cette fluctuation sur le compte de la spéculation qui s’observe encore sur le marché. Sur la place Hugo Tanzambi (ex Le Château) et dans des nombreux bureaux de change du centre ville de Kinshasa, 1 dollar américain se changeait contre 600 Francs congolais ce samedi à partir de midi alors qu’à la cité le taux du dollar chutait jusqu’ à 550 Francs Congolais.

Selon Lems Kamuanya, analyste économique, deux facteurs peuvent expliquer cette chute du dollar. Premier facteur : l’intervention de la Banque centrale qui peut avoir injecté des devises étrangères sur le marché, notamment dans les banques commerciales. Dans ce cas, Il y aurait abondance des devises étrangères sur le marché de change. Ce qui aurait comme conséquence l’appréciation observée du Franc congolais. Le mécanisme spéculatif d’achat anticipé est le deuxième facteur qui peut expliquer l’appréciation du Franc congolais. Selon la même source, les cambistes (changeurs de monnaie) et autres particuliers qui se sont procuré les devises à un taux élevé peuvent redouter une plus forte baisse de la valeur des devises. Dans ces circonstances, ils peuvent avoir injecter à leur tour ces devises sur le marché. Mais à ce stade, on ne peut pas encore parler de la stabilisation du taux de change, affirme Lems Kamuanya. C’est pourquoi les prix des biens et des services ne baissent pas encore.

A Mbandaka, malgré cette appréciation de la monnaie nationale, dans les magasins de la place, les articles gardent toujours les prix indexés à l’ancien taux du dollar. Même situation également du côté des opérateurs de téléphonie cellulaire et des vendeurs de produits pétroliers qui conservent encore leurs tarifs.

Source : Okapi/kinshasa