L’événement s’est déroulé vendredi dans le chef-lieu de la province de l’Equateur. Ce transport en commun par canot rapide reliera désormais la capitale Kinshasa et la ville de Mbandaka. Initiative du Groupe Kibwe Trans, ce nouveau trafic fluvial se propose d’alléger les conditions souvent difficiles que déplorent les voyageurs sur le fleuve Congo. Prix du billet : 100 dollars américains, avec 40 kilos de bagages accompagnés

Comme tous les opérateurs économiques, l’initiateur entend voir comment ce projet va prospérer, en vue d’ouvrir de nouvelles lignes à l’intérieur de la province. M Thotho Kibwe, PDG des GK Trans, explique les raisons de son entreprise et les garanties de sa pérennisation : « L’initiative est venue du gouverneur de la province de l’Equateur. De passage à Kinshasa, José Makila est passé au Lion’s club où il y a des canots rapides. Il les a vus et a souhaité que ces canots fassent le trajet Kinshasa-Mbandaka. C’est comme ça que je me suis décidé de désenclaver à tout prix la province de l’Equateur. C’est comme ça que je peux dire que j’ai pris le risque de faire avec le canot rapide Kinshasa-bandaka »

M. Thotho Kibwe précise que la voyage se fait en un seul jour : « Vous quittez Kinshasa à Kingabwa à 7 heures, vous arrivez à Mbandaka à 16 h 30 au plus tard. Concernant les garanties, il rassure qu’il n’y aura pas de problème de carburant, au départ, en cours de route ou à Mbandaka. Les dispositions ont été prises en ouvrant deux stations en cours de route, l'une à Lukolela et l'autre à Bolobo. Un contrôle technique est fait par les services de l’Etat avant l’embarquement. Un canot avec une puissance de 300 chevaux, on peut librement naviguer sur le fleuve, rassure-t-il encore.

Source : Okapi/Kinshasa