JusticeAu cours de la plénière d’hier mardi 13 janvier 2009 en la salle des Congrès du Palais du peuple, les députés ont déclaré recevable le rapport de la commission parlementaire sur le détournement de la paie complémentaire des salaires de février et mars 2008 des enseignants du Sud Ubangi dans la province de l’Equateur. Cette commission avait reçu mandat de l’Assemblée nationale de mener l’enquête sur le détournement de la somme de 85.243.546 FC destinée à la paie complémentaire des salaires de mars et avril 2008 des enseignants du Sud Ubangi dans la province de l’Equateur. De ce rapport, le gouverneur de la province ainsi que le chef de District sont incriminés.

Après investigations, la commission a formulé quelques recommandations. Au Gouvernement, il est demandé de: -veiller au respect de la chaîne de la dépense publique particulièrement en ce qui concerne le circuit d’acheminement des salaires des agents et fonctionnaires de l’Etat en général et de manière spécifique, compte tenu des mécanismes existants. Que le ministre de l’Intérieur procède sans délai à la suspension du commissaire de District du Sud Ubangi de ses fonctions pour des faits qui lui sont reprochés. Le ministre des Finances a été chargé de traduire en justice le commissaire de District du Sud Ubangi pour refus délibéré de considérer le libellé du montant de 85.243.546,00 Fc envoyé sous forme de mise à disposition et son entêtement à cautionner l’opération de détournement par le retrait de ce montant…

A l’endroit de l’Assemblée nationale, la commission a fait savoir que comme les missions d’enquête parlementaire ont un coût significatif sur le budget de l’Assemblée nationale et afin d’éviter d’ériger la chambre législative en un simple mur de lamentations qui risque, à la longue, de ronger le capital confiance que la population a placé en elle, de ficeler les dossiers ayant un caractère judiciaire après adoption du rapport d’enquête par la plénière et les transmettre à la justice pour compétence. En conclusion, la commission a recommandé que le gouverneur de la province de l’Equateur soit déféré devant la Justice.