La République démocratique du Congo (RDC), frappée par une épidémie de fièvre hémorragique virale Ebola, a lancé un appel de fonds de cinq millions de dollars aux "partenaires du gouvernement" pour ses opérations de lutte contre la maladie sur toute l'étendue du pays, a rapporté l'agence congolaise de presse (ACP) reçue mercredi à Bruxelles.

Le ministre congolais de la Santé publique, Augustin Mopipi Mukulumanya, a formulé cette requête mardi à Kinshasa au cours d'une rencontre avec les représentants des partenaires du gouvernement, soulignant que c'est le montant pour l'ensemble des opérations de lutte contre cette épidémie, non seulement à Mweka, au Kasaï occidental (centre), où elle s'est déclarée en novembre dernier, mais sur toute l'étendue du pays.

Le ministre de la Santé a fait appel au besoin de la solidarité en vue de lutter contre cette deuxième épidémie que connaît la zone de santé de Mweka en deux ans.

Quatorze décès
"La gestion de l'après-épidémie doit nous aider à éviter une troisième épidémie au même endroit et que pour conjurer le sort qui veut qu'il n'y ait jamais deux sans trois, nous avons besoin de votre solidarité agissante", a-t-il souligné.

Pour réunir le montant de cinq millions de dollars, le ministre compte sur l'apport du gouvernement, des partenaires, des ambassades, des tous les citoyens et surtout des originaires du Kasaï occidental.

La zone de santé de Mweka a enregistré 47 cas de personnes infectées dont quatorze décès, sans oublier quatre cas d'isolement, 34 femmes suspectées et 173 en contact avec les malades et funérailles, a ajouté M. Mopipi.

Maladie très contagieuse, mortelle dans 50 à 90% des cas, Ebola avait déjà frappé l'ex-Zaïre à trois reprises.

En 1976, le virus a tué près de 500 personnes de part et d'autre de la frontière entre le Soudan et le nord-est du Zaïre, où il avait resurgi en 1995, faisant 245 morts dans la province du Bandundu (ouest).

En 2007, 26 cas confirmés d'Ebola avaient été enregistrés dans la même province du Kasaï occidental, où plusieurs épidémies associées (Ebola, fièvre typhoïde, malaria, dysenterie) ont tué 187 personnes.

Cette fièvre hémorragique est une maladie virale contagieuse contre laquelle il n'existe aucun traitement. Le virus Ebola se transmet par contact direct avec le sang, les sécrétions, les organes ou des liquides biologiques des sujets infectés

Source : Belga/Bruxelles