FARDC_TroupesLe commandant de la 8e région militaire déclare qu’un groupe d’officiers conduits par lui-même s’est rendu jusqu’à Mushaki, jusque là, fief du congrès national pour la défense du peuple, CNDP. Le général Vainqueur Mayala était accompagné du général CNDP Bosco Ntaganda et d’autres officiers du Pareco. Leur mission était de sensibiliser les populations civiles ainsi que les troupes sur la nouvelle donne militaire dans la zone. A savoir que les ex-belligérants sont devenus des alliés pour combattre un ennemi commun : Les FDLR.

Le général Mayala précise qu’ils sont en train de travailler ce lundi sur les modalités d’exécution de leurs accords. La société civile locale apprécie ce geste positif des belligérants d’hier. John Banyene, président de cette structure sur l’axe Sake-Mushaki, pense que si la paix s’instaure réellement, cela va permettre aux populations civiles de se consacrer au développement.

Il ajoute que les habitants de Masisi exhortent les belligérants à la sincérité pour ne pas retomber dans la démagogie

Groupes Shikito et Zabuloni favorables au regroupement

Les deux principaux groupes Maï-Maï du Sud Kivu se disent maintenant disposés à rejoindre le centre de regroupement de Luberizi au vu de l'évolution observée au sein du CNDP. Les responsables de ces deux mouvements confirment que les FRF basés dans les Hauts Plateaux de Minembwe ne constituent plus un obstacle dès lors que le chef d'Etat Major du CNDP décide de réintégrer les rangs des FARDC.

Les Maï-Maï Shikito ne précisent pas cependant la date exacte du début de rassemblement de leurs troupes. Le responsable de ce groupe exprime le besoin de quelques 7 jours pour sensibiliser à nouveau ses hommes.

Richard Mukulumanya, le chef militaire du groupe Maï-Maï Shikito : «Et nous et les FARDC, notre ennemi commun était le CNDP. Je pense que le CNDP et les FRF sont les mêmes et qu’aujourd’hui le CNDP a accepté de réintégrer les FARDC. Donc pour moi aussi il n’y a pas de difficulté d’aller vite, vite au regroupement pour faire amener mes éléments dans les FARDC».

Le secrétaire permanent du programme Amani au Sud-Kivu rassure que toute la logistique est prête au centre de regroupement de Luberizi. Il ne reste qu’à procéder à l'ouverture officielle.

Toujours selon Célestin Bamwisho la semaine en cours s'annonce déterminante pour le désengagement des groupes armés de la province.

Source : Okapi/kinshasa