snelLe Congo-Kinshasa, déjà durement frappé par les retombées de la crise financière mondiale - en raison de la chute des cours des métaux et du diamant qu’elle a provoquée - doit également faire face à la voracité de fonds vautours.

105 millions de dollars 

Il s’agit d’entreprises privées qui rachètent à bas prix des dettes d’entreprises en détresse ou de pays en voie de développement en retard de paiement, pour traîner les débiteurs en justice afin de leur réclamer la dette nominale, augmentée d’intérêts, de pénalités et de divers frais de justice.

En 2007, la firme Donegal International avait ainsi réclamé 55 millions de dollars à la Zambie pour une dette impayée par celle-ci à la Roumanie et s’élevant à 30 millions de dollars mais rachetée à 3,2 millions de dollars. Le tribunal londonien avait finalement accordé 15,4 millions à Donegal.

Un de ces fonds vautours, FG Hemisphere - une société américaine du Delaware - vient de remporter une victoire en Afrique du Sud, où la justice lui a accordé la saisie des recettes escomptées par la Snel (Société nationale d’électricité du Congo-Kinshasa) pendant les 15 prochaines années sur le courant vendu par le Congo à l’Afrique du Sud, soit 105 millions de dollars.

La justice sud-africaine a ainsi fait droit à un jugement prononcé en 2007 par un tribunal du district de Columbia (Etats-Unis) devant lequel la partie congolaise avait perdu, essentiellement parce qu’elle ne s’était pas présentée devant la justice durant 13 mois...

FG Hemisphere, qui a racheté plusieurs dettes du Congo, a en revanche échoué, jusqu’ici, à saisir les "pas-de-porte" attendus par le gouvernement de Kinshasa de plusieurs sociétés chinoises, dans le cadre du fameux "contrat chinois" de 9 milliards de dollars signé l’an dernier (mais qui pourrait être amendé, selon Africa Mining Intelligence, en raison des inquiétudes du FMI sur la soutenabilité de la dette ainsi contractée par Kinshasa).

Tribunal pas compétent 

Le 12 décembre, un juge du tribunal de première instance de Hong Kong a, en effet, estimé n’être pas compétent au sujet de la plainte déposée en juillet 2008 par FG Hemisphere contre le Congo. Il s’agit d’une dette de la Snel encore, de 37 millions de dollars au départ, due à Energoinvest (Serbie) depuis les années 80 et rachetée par le fonds vautour en 2004.