Construction_anarchiqueFini le désordre dans les constructions anarchiques scandaleusement tolérées jusqu’ici dans l’enceinte du Camp militaire Colonel Kokolo de Kinshasa : la hiérarchie vient d’ordonner la démolition de ces bâtisses par le bataillon de la Prévôté militaire.

Sur ordre de sa hiérarchie, le bataillon de la Prévôté Militaire ville de Kinshasa vient de procéder trois jours durant à l’opération de démolition de toutes les constructions anarchiques érigées autour de l’Institut et de l’Ecole primaire du Camp militaire Colonel Kokolo.

Il s’agit de deux établissements scolaires situés dans ce camp militaire. Les démolitions concernées entrent dans le cadre du soutien au secteur de l’éducation, l’un des volets des Cinq Chantiers initiés par le Chef de l’Etat, le président Joseph Kabila Kabange.

La hiérarchie des Forces armées de la RDC (FARDC) qui souscrit au programme de redressement national visé par les Cinq chantiers considère et tient résolument à ce que les infrastructures scolaires du Camp militaire Colonel Kokolo soient épargnés de la scandaleuse spoliation rampante du patrimoine foncier qui se constate dans le site militaire concerné.

Cette situation gênait beaucoup le climat de scolarisation des hommes de troupes et des enfants des militaires fréquentant l’institut et l’école primaire du camp dans la mesure où ces étudiants et élèves ne jouissaient plus de bonnes conditions d’études.

La cour de récréation de ces établissements scolaires avait été morcelée en plusieurs parcelles résidentielles. Des maisons et boutiques y étaient même construites à un mètre seulement de distance des salles des classes. Des douches et latrines prévues pour les élèves et les enseignants ont été transformées en salons ou chambres.Des maisonnettes pour vente de boisson, bars, terrasses, échoppes, petits hôtels de passe, églises comme cadre de prière jadis non autorisés rivalisent à ces jours dans ces lieux. Ces espaces stratégiques et tactiques militaires sont même envahis par des civils.

Cette occupation anarchique du domaine réservé de l’armée s’effectue sous le silence coupable et complice des responsables du ministère des Affaires foncières. Devant une telle situation et fort de l’instruction de la hiérarchie, le Commandant P.M. Garnison de Kinshasa, le ci-devant Major Zelwa Katanga Djadidja chargé de diriger personnellement les démolitions ordonnées a confirmé à la presse militaire sa détermination à poursuivre cette opération.

Le Major Zelwa a expliqué que les concessions des camps militaires sont toujours bien délimités et leurs entrées et sorties passibles de contrôle et enregistrement rigoureux. Pour lui, une cohabitation en ces lieux entre civils et militaires est synonyme de dérèglement de la bonne conduite du militaire, ce qui ne peut être toléré.

Source :