Deuxième journée ce mardi du procès de Thomas Lubanga à la Cour pénale internationale. Cette journée est consacrée à la réplique de la défense aux accusations portées par le procureur contre Thomas Lubanga. Cet ancien chef milicien de l’Ituri est poursuivi pour avoir enrôlé dans sa milice des centaines d’enfants. Radiookapi.net rapporte ce qu’a été la première journée, lundi, du procès devant la Cour pénale internationale.

« La milice de Lubanga a recruté, formé et utilisé des centaines de jeunes enfants pour qu'ils tuent, pillent et violent ». Déclaration du procureur devant la cour lundi à la Haye. Luis Moreno O campo n’est pas allé par le dos de la cuillère pour charger Thomas Lubanga. Pour lui, l’armée de ce chef milicien était une armée d’enfants. Au moins 30% de ses troupes étaient des "kadogo", c'est-à-dire des enfants.
Pour illustrer ces propos, le procureur a présenté à la cour plusieurs vidéos montrant l’accusé, Thomas Lubanga, entrain d’haranguer une foule de jeunes combattants en uniforme et portant des fusils. Selon le procureur, la plupart de ces combattants à l’époque étaient âgé de 11 à 13 ans. Pour Luis Moreno, ces crimes de masse ont fait des centaines ou des milliers de victime et affecté une génération entière. Par ce fait, le procureur a déjà annoncé qu’il allait requérir une punition proche du maximum de 30 ans.

Pour rappel, Thomas Lubanga est le premier accusé à comparaître devant la cour pénale internationale. Il est poursuivi pour crime de guerre pour avoir enrôler des centaines d’enfants dans sa milice entre septembre 2002 et août 2003.