NkundabatwareBeaucoup de questions à ce jour sans réponse se posent autour du doute du transfert jamais de Nkunda à Kinshasa pour y répondre devant la justice de ses crimes horribles et plausibles commis dans les Kivu contre les populations congolaises

Il y aura bientôt une se­maine  depuis le début des opé­rations conjointes entre les Fardc et les éléments observa­teurs des Fdlr, l’armée rwandaise. On peut dire que le Rwanda n’a pas encore obtenu tous les Fdlr, mais Kinshasa a déjà récupéré son territoire et Nkundabatware est aux arrêts.

D’un côté, on voit Kins­hasa et Kigali en parfaite intelli­gence parce qu’un accord se­cret hypothéquant les intérêts de la Rdc aurait été signé. D’autre part, on raconte que Kinshasa se serait fait rouler dans la farine parce que, dit-on, Nkunda ne sera pas extradé. On semble changer d’objectif. Ce que la Rdc attendait, Ce n’est plus la fin de la guerre, mais le transfèrement de Lau­rent Nkundabatware. Si Nkundabatware n’est pas livré, même si la guerre cessait défi­nitivement, l’objectif n’aura pas été atteint, pense-t-on. Il    est vrai que Kinshasa a demandé dès le lendemain de l’arrestation de Nkundabatware, son extradi­tion.

Il s’agit d’une question à soumettre à la diplomatie en­tre les deux pays. Mais avant que ce dossier aboutisse, ce serait tromper l’opinion que d’en faire l’essentiel de la reprise entre Kinshasa et Kigali. Les avocats de Nkundabatware avancent l’argument selon le­quel il n’y aurait pas d’accord entre les deux pays pouvant contraindre Kigali à l’extrader. En outre, ils estiment que Kins­hasa n’ayant pas encore aboli la peine de mort, Kigali qui lui, l’a déjà fait, aurait intérêt à pro­téger Nkundabatware.

On ne souhaite pas que Kigali se ca­bre dans cette position, mais on n’en ferait pas un drame. Jo­seph Kabila et Adolphe Muzito n’auraient aucune raison d’éteindre leur sourire si le transfèrement de Nkundabatware n’a pas lieu.

Les nouvelles du front sont rassurantes

Les accrochages meur­triers qu’on attendait n’ont pas lieu. Le souhait de tous est qu’ils n’aient pas lieu. Des dis­positions sont effectivement prises pour qu’il en soit ainsi. Le déploiement des forces con­golaises se poursuivait au dé­but de la semaine. Le seul ac­crochage connu le dimanche dernier s’est soldé à l’avantage de la coalition Fardc-Fdr, ar­mée rwandaise. Neuf rebelles des Fdlr ont été tués, selon la coalition.


Les Fdlr ont peut-être opté pour la stratégie de se dis­simuler, se terrer en attendant que passe la tempête. Ce Se­rait toujours une voie à cul-de­-sac. Car, la traque ne se termi­nera que quand les Fdlr auront quitté le territoire congolais. Ces rebelles hutu, comme l’a rappelé le ministre Mashako. Mamba, ont plus d’un choix, à savoir le rapatriement volontaire ou la délocalisation. Ils ont in­térêt à le saisir pour éviter le recours à la force. On ne voit pas comment Kabila et Muzito pourraient perdre la face dans ce dossier.