armesL'opération de récupération d'armes et des effets militaires en divagation au sein de la population civile à Bunia, chef lieu du district de l'Ituri, dans la province Orientale (Nord Est de la RD Congo) démarre d'ici la  fin du mois de mars prochain. 

     Le chef du bureau du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) en Ituri, M. Jonas Phuati, l'a indiqué dimanche à la presse à Bunia, tout en précisant que cette opération s'inscrit dans le cadre du projet de sécurité communautaire dans la province Orientale. 

     "La population civile détient encore des armes et d'équippement militaire d'autant qu'elle n'était pas concernée par l'opération DDRRR ( Désarmement, Démobilisation, Rapatriement, Réinstallation et Réinstallation) des combattants des différents groupes armés qui opéraient dans cette partie de la RD Congo", a-t-il souligné. 

     Selon M. Phuati, cette opération ne se fera pas contre les billets de banque.   

     L'opération DDRRR, organisée en 2007 par le gouvernement congolais en partenariat avec le PNUD et la Mission des Nations Unies en RDC (Monuc) avait permis à environ 1.500 ex-combattants  provenant de trois principaux groupes armés en Ituri - le Front nationaliste et intégrationniste (FNI) de Peter Karim, le  Mouvement révolutionnaire congolais (MRC) de Mathieu Ngudjolo et  les Forces de résistance patriotique (FRPI) de Cobra Matata - de rejoindre les centres de brassage et par voie des conséquences la stabilisation de la région. 

     A Kinshasa, une opération analogue s'y déroule depuis le mois de novembre dernier sous les auspices d'une ONG locale, dénommée  PAREC (Programme oeucuménique de paix et de transformation des conflits). Baptisée "une arme contre 100 USD", cette opération a  permis de récolter jusqu'ici près de 8.000 armes dans la capitale, des mains des volontaires dont on enregistre ni l'identité, ni l'adresse.