L’application du Salaire minimal interprofessionnel garanti (Smig) est gardée à 3 dollars par jour à partir de Janvier 2009. C'est la note circulaire du 6 février dernier, signée par le ministre de l'emploi, qui donne cette précision. L'exécution de ce deuxième palier du Smig est au centre d'une polémique entre le patronat et les employés. Il y a dix jours, les organisations patronales s'appuyant sur la crise financière, avaient sollicité un report sur l'exécution de ce palier

Le moratoire de six mois n'est accordé qu'aux entreprises agro-industrielles employant moins de 20 personnes. Dans d'autres entreprises, les travailleurs s'entendront avec leurs employeurs. Mais avant tout, une commission devra certifier que ces sociétés sont en difficulté économique. Cette commission a été créée par le ministère de l'emploi il y a trois jours. Ses 15 membres proviendront des trois parties concernées c’est-à-dire le gouvernement, les entreprises et les syndicats.

Cette nouvelle structure, est créée pour suivre l'application du Smig. C'est elle qui proposera également si une entreprise en difficulté économique doit bénéficier d'une réduction de taxes. Et ceci, après des enquêtes sur terrain sur les salaires et le panier de la ménagère. Concrètement, les membres de la commission Smig ne sont pas encore désignés. Sur terrain, employeurs et employés, prudents, n'attendent que les résultats de cette structure.