jk_presidentLe chef de la rébellion ougandaise de la LRA, traqué par la République démocratique du Congo, l'Ouganda et le Sud-Soudan, se trouve dans le parc national de la Garamba (nord-est de la RDC) avec 250 de ses hommes, a déclaré samedi à l'AFP le porte-parole du gouvernement congolais.

"Le noyau dur de l'Armée de résistance du Seigneur (LRA) se trouve dans une forêt marécageuse du parc national de la Garamba", a assuré Lambert Mende, porte-parole du gouvernement de République démocratique du Congo (RDC).

"Ces 250 éléments résiduels n'ont aucun moyen de sortir de ces marécages, sinon de se rendre", a-t-il affirmé.

"Nos services pensent que (le chef de la LRA) Joseph Kony se trouve là", a-t-il précisé.

Le parc de la Garamba se situe dans la Province orientale (nord-est de la RDC) et sa partie nord est frontalière avec le Soudan.

Les autres éléments de la LRA en territoire congolais "se sont rendus ou sont en voie de disparaître", a assuré le porte-parole, estimant que l'"objectif" visé par l'opération en cours "peut être considéré comme sérieusement atteint".

"Une rencontre au sommet" entre les présidents congolais Joseph Kabila et ougandais Yoweri Museveni se tiendra avant la fin du mois de février, "dans un lieu situé à la frontière entre les deux pays, pour évaluer la situation", a ajouté M. Mende sans plus de précision.

Les armées congolaise, ougandaise et sud-soudanaise ont lancé le 14 décembre 2008 une opération militaire conjointe avec pour objectif de capturer le chef de la LRA, sans succès pour l'instant.

Le porte-parole de l'opération conjointe, Deo Akiiki, a indiqué samedi que l'opération se poursuivrait pour une durée illimitée.

"Les opérations se poursuivront jusqu'à ce que les terroristes de Kony soient expulsés de RDC", a précisé le porte-parole, joint par l'AFP par téléphone depuis Kampala.

Selon le porte-parole, cette décision a été prise conjointement par les autorités congolaises et ougandaises.

"Ils (les rebelles de la LRA) sont affamés et n'ont plus le temps de s'asseoir et de réfléchir parce que nos forces réduisent leur nombre quotidiennement", a-t-il ajouté.

L'offensive avait été lancée après le refus répété du chef de la LRA de signer un accord de paix paraphé en avril par Kampala, qui concluait un processus de paix engagé en juillet 2006 afin de mettre un terme à 20 ans de guerre civile dans le nord de l'Ouganda.

Le nord de la Province orientale est écumé depuis des années par les rebelles ougandais de la LRA, qui ont enchaîné depuis fin décembre 2008 les attaques contre les villages et les massacres de civils.