Deplac_sUn sit-in a été organisé ce mardi 17 mars par les déplacés de guerre regroupés à Isiro, à 600 kilomètres de Kisangani. Les manifestants ont choisi le bureau du commissaire du district pour réclamer l’assistance du gouvernement
Selon le comité de ces déplacés, ils sont confrontés notamment à des problèmes de nourriture, de santé, de logement et de scolarisation de leurs enfants. La même source affirme que l’unique aide reçue du gouvernement date du mois de février. Elle précise que plus de 300 déplacés ont pris d’assaut le bureau du commissaire du district le lundi 16 et mardi 17 mars.

Ghyslain Taba Baneto, rapporteur du comité des déplacés, a déclaré : « Le 26 janvier dernier, nous avons élaboré un mémorandum qu’on a remis au commissaire de district au sujet de la survie des déplacés. On n’a reçu aucune réponse favorable. Le 26 février, il y a eu assemblée générale de tous les déplacés. Le compte rendu a été remis au commissaire de district, toujours aucune réponse. C'est pourquoi, nous avons résolus de venir assiéger le bureau du district jusqu’à ce qu’on trouve une solution favorable à notre problème, et qu’on nous prennent en charge tel que reconnu pour les personnes réfugiés et les déplacés. Nous sommes éparpillés de part et d’autre. Aujourd’hui, on vous reçoit dans une famille d’accueil, et le lendemain, on vous chasse. Il vous faut trouver une autre famille d’accueil. Voilà autant de choses qui nous tourmentent. C’est bientôt pratiquement 5 mois que nous sommes abandonnés. Comme c’est le gouvernement qui est notre responsable, il doit nous prendre en charge ».

Par ailleurs, jusqu’à ce jour, la ville d’Isiro accueille plus de 3 000 déplacés venus de différents territoires affectés par les incursions des rebelles ougandais de la LRA.

Source : okapi