sarko_avionKinshasa a revêtu sa plus belle robe pour accueillir ce jeudi 26 mars 2009 le président français Nicolas Sarkozy. Selon le programme de la présidence française l'Airbus présidentiel atterrira à l'aéroport de N'djili ce jeudi à 7 heures 30 minutes. Le président Sarkozy sera accueilli sur le tarmac de l'aéroport par le Premier ministre Adolphe Muzito. Le président Nicolas Sarkozy sera ensuite conduit au Palais de la Nation où il sera accueilli par le président Joseph Kabila. Les deux personnalités s'entretiendront pendant environ une heure sur des questions de coopération et d'actualités.

A 11 heures, heure locale, le président Joseph Kabila accompagne Nicolas Sarkozy au Palais du Peuple où ce dernier fera, à partir de 11 h 15', une séance académique devant le Parlement congolais, c'est-à-dire l'Assemblée nationale et le Sénat réunis. Selon des sources diplomatiques, le président Nicolas Sarkozy profitera de ce forum pour présenter la nouvelle philosophie de la politique africaine de la France.

Une forte délégation

Pour sa tournée en Afrique centrale en général, en République démocratique du Congo en particulier, le président Sarkozy est accompagné d'une forte délégation composée des acteurs politiques, des opérateurs économiques, des parlementaires et des journalistes et patrons de presse.

Parmi ces personnalités, l'on signale notamment la ministre de l'Economie, de l'Industrie et de l'Emploi, Mme Christine Lagarde, le ministre du Travail, des Relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville, Brice Hortfeux, le secrétaire d'Etat chargée des Affaires étrangères et des droits de l'homme, Rama Yade, et le secrétaire d'Etat chargé de la Coopération et de la Francophonie, Alain Joyandet.

Parmi les parlementaires, l'on note la présence de Michel Tessot, Patrick Balkany, François-Michel Gonnot, Thierry Mariani, Martial Saddier, Marc Vampa et Michel Guerry.

Un parfum économique

La visite du président Sarkozy à Kinshasa revêt également un caractère économique eu égard à la présence de grosses pointures de l'économie et du monde des affaires français dans la délégation. Et pas de moindre : le président-délégue du Conseil français des investisseurs en Afrique, Anthony Bouthelier.

Le président directeur général d'Aéroport de Paris, Pierre Graff, le directeur Afrique adjoint - EADS international, Jean-Philippe Gouyet, la présidente directrice générale de Derichebourg Polyurbaine, Mme Pascale Jeannin-Perez, la présidente du directoire d'Areva, Mme Anne Lauvergeon, le directeur exécutif international Afrique, Moyen-Orient et Asie, de France Télécom, Marc Rennard, le vice-président du Groupe Bolloré, Michel Roussin, le président-directeur général de CFAO, Alain Viry, le président directeur général de la SOMDIAA, Alexandre Vilgrain, le président du Conseil d'administration de Vinci, Yves-Thibault de Silguy, le directeur général adjoint du Groupe Lafarge, Guillaume Roux.

La France est le 3ème fournisseur de la RDC en 2006 avec une part de marché de 11 % derrière la Belgique (14 %) et l'Afrique du Sud (24 %). Les exportations françaises vers la RDC sont stables à 138 M€ en 2007. Les ventes françaises sont composées à hauteur de 33 % de biens d'équipements, pour l'industrie agroalimentaire notamment, de 19 % de biens intermédiaires (chimie, plastiques, métaux) et de 9 % de produits agroalimentaires. Les importations françaises en provenance de RDC ont de nouveau remonté en 2007 (103 M€ contre 25 M€ en 2006 et 100 M€ en 2005) suite à la reprise des achats de pétrole (66 M€, soit 64 % des importations françaises). Les produits de l'agriculture représentent 32 % des importations. Le stock d'investissement français en RDC reste modeste : il s'élève à 19 M€, ce qui représente 3 % des stocks d'investissements accueillis par le pays. Le secteur des services (immobilier, services financiers et commerce distribution) représente les deux tiers de ces investissements. Les entreprises françaises sont toutefois présentes dans des secteurs variés : télécommunications (Alcatel), énergie (Alstom, Scheneider Electric et Nexans, Suez), infrastructures routières (Vinci) et aéroportuaires (ADP et Sofreavia), hydrocarbures (Total), distribution (CFAO et OPTORG), pharmacie (Sanofi Aventis), brasserie (Castel), transports (Bolloré, GTM et Air France) et sécurisation des données (Oberthur, Hologram ou Sagem). Deux missions de MEDEF, en 2004, et 2006, ont tracé la voie d'un renforcement des relations et des échanges bilatéraux.

Coopération culturelle, scientifique et technique

Suspendue en 1991, la coopération entre la France et la RDC a repris progressivement à partir de 2 000 pour atteindre 15 M€ en 2007. Face à l'urgence de la situation humanitaire dans l'Est du pays, nous avons triplé notre contribution dans ce domaine en 2007 (5,5 M€ au profit du PAM, du HCR et d'ONG, faisant de la RDC le premier pays bénéficiaire de l'aide alimentaire française dans le monde). A la suite de la visite du ministre des Affaires étrangères en RDC, les 25 et 26 janvier 2008, une aide financière d'urgence d'un montant de 7,4 M€ a été décidée pour 2008.