Les combats ont repris depuis trois jours entre les miliciens du Front populaire pour la justice au Congo, FPJC, et les FARDC, dans la collectivité de Walendu Bindi, à une quarantaine de kilomètres au sud de Bunia. Le leader du groupe armé FPJC annonce la conquête de plusieurs localités jadis sous contrôle des FARDC notamment Tchey, Gety et Bavi. De son côté, un officier des FARDC affirme que l’armée nationale a chassé depuis hier dimanche ces miliciens qui occupent actuellement leurs anciennes positions. Entre temps, la population qui fuie les affrontements connaît une situation humanitaire difficile

Le commandant de la 13e brigade intégrée des FARDC affirme que les combats se déroulent ce lundi aux environs de la localité de Tchey qui était occupée depuis le vendredi dernier par les miliciens du FPJC. Selon cet officier des FARDC, toutes les localités qui étaient conquises par les miliciens dont Tchey sont déjà récupérées par les forces régulières.

De son côté, le commandant du FPJC, Sharif Manda, joint ce lundi au téléphone, a déclaré que ses combattants contrôlent plus de 5 localités dont Tchey, Gety, Bavi, Aveba et Songolo. Selon une autorité coutumière, certains témoins affirment qu’un groupe de militaires des FARDC venus de Gety et Bavi s’étaient repliés le samedi dernier dans le village de Songolo. Les rapports venant des autorités coutumières de cette région et reçus ce lundi par l’administrateur du territoire d’Irumu précisent que la localité de Gety est sous contrôle de FARDC et que les combats se poursuivent à Bavi. Selon les mêmes rapports, les miliciens ont incendié le camp de militaires à Aswa, un village proche de Bavi. Jusque là, aucune source n’avance aucun bilan de ces affrontements.

Situation humanitaire difficile suite aux combats

Ces affrontements qui opposent depuis le week-end dernier les FARDC aux miliciens du FPJC ont déjà occasionné d’importants mouvements de population. La plupart des déplacés de guerre quittent la collectivité des Walendu/Bindi vers d’autres localités, sans aucun moyen de survie. L’administrateur du territoire d’Irumu lance déjà un S.O.S auprès des humanitaires en faveur de cette population en fuite.

L’administrateur Christophe Ikando témoigna : « Hier déjà, le chef de groupement de Gety nous faisait le rapport de mouvements de populations qui partaient des villages Bavi, Singo et du groupement Boloma. Il nous a été signalé aussi que ces populations quittent le village Songolo pour se réfugier dans la chefferie de Zadisoma, à Nyakunde et à Marabo dans la chefferie de Mobala. Et un bon nombre aussi de déplacés prennent la direction de Komanda »
D’après la même source, ces populations sont démunis. « Ils viennent avec presque rien, peut-être un petit bagage de quelques habits, mais l’essentiel de leur survie reste sur place là-bas. Il y en a qui dorment à la belle étoile. Voilà. Il faut déjà des bâches pour protéger surtout les enfants contre le froid. Voilà pourquoi je fais appel à tous les humanitaires afin qu’ils prennent en charge ces gens-là », plaide Christophe Ikando.
Source : okapi/Kinshasa