Assembl_e_nationaleÇa n’a pas été facile. Les travaux au sein de la chambre basse du Parlement ressemblent tantôt à un théâtre de chez-nous, tantôt à un gala de boxe. Cela, depuis la démission en bloc du Bureau sortant de l’Assemblée nationale. Malgré la tentative de violer la Constitution ainsi que le Règlement intérieur, Vital Kamerhe, président sortant de l’Assemblée nationale est resté légaliste jusqu’au bout. Prévue à 11 heures, la plénière d’hier mardi 7 avril 2009 a démarré ses travaux à 14 heures en la salle des Congrès du Palais du peuple. Il était question d’épuiser l’ordre du jour sur son point relatif à la formation du nouveau Bureau.

D’entrée de jeu, après avoir soumis l’ordre du jour à l’appréciation de la plénière qui s’était prononcée « favorable », Vital Kamerhe, président sortant de l’Assemblée nationale, a commencé par passer en revue les différents moments importants de la plénière de la fois dernière. Il a rappelé la réunion tenue par les présidents des groupes parlementaires, samedi 4 avril 2009, au cabinet du rapporteur Grégoire Katende Wa Ndaye. Il a indique qu’au cours de cette importante rencontre, « les présidents des groupes parlementaires avaient vidé la question sur la formation du nouveau bureau ».

Devant une question fondamentale de solennité, contrairement à la démarche de l’AMP de mettre sur pied une commission spéciale devant organiser les scrutins de nouveaux membres du Bureau, les participants à cette réunion, toutes tendances confondues, avaient adopté une résolution en rapport avec l’organisation des élections en question.

Dans le rapport final, il a été convenu que le bureau sortant organise les élections mais assisté par un organe technique communément appelé un « groupe technique de travail ». Cette disposition lue en plénière a suscité des remous. Les députés de la majorité ne se sont pas retrouvés. Ils ont estimé que le rapport lu par le rapporteur Katende était autre que celui qu’ils avaient adopté lors de la réunion. Il y a eu beaucoup d’agitations dans la salle.

Comme pour fixer ses compères, le député Shadari Ramazani du Pprd est intervenu par motion en vue de donner la position de son parti. Il a déclaré haut et fort qu’il était « incompatible » à ce que le bureau sortant puisse organiser les élections. D’après le Pprd, « l’équipe Vital Kamerhe a déjà démissionné ». Il fallait une alternative, mais laquelle ?

Appel au respect des textes

De son côté, l’Opposition a convié les uns et les autres à respecter les textes en vigueur, à savoir la Constitution et le Règlement intérieur de l’Assemblée nationale. Car, il n’y a aucune disposition ni de la Constitution ni du Règlement intérieur qui prévoit la création d’une commission spéciale dans le cas d’espèce. Devant cette difficulté, la séance a été suspendue pendant plus de 30 minutes. Une fois de plus, les présidents des groupes parlementaires se sont retrouvés en concertation autour du Bureau de l’Assemblée nationale. Cette fois, un compromis a été trouvé. C’est finalement le Bureau sortant qui organise les élections et le groupe technique sera chargé des opérations électorales.

Le calendrier se présente de la manière suivante : - Samedi 11/04/2009, dépôt des candidatures à partir de 10h00 et la clôture du dépôt des candidatures interviendra le lundi 13/04/2009 à 10h00.

L’affichage des noms est prévu pour mardi 14/04/2009 à 10h00. La campagne électorale s’ouvrira le mercredi 15/04 pour se terminer jeudi 16/04/2009. Les élections proprement dites de nouveaux membres du Bureau auront lieu le vendredi 17/04/2009. La proclamation des résultats ainsi que la présentation de nouveaux membres du Bureau se feront le même jour.

L’installation du nouveau Bureau, la remise et reprise avec le Bureau sortant se fera le lundi 20 avril 2009.

Source : le Potentiel/kinshasa