Assembl_e_nationaleCe sont des signes qui ne trompent pas. On veut une chose, on veut son contraire, à la fois. Alors qu’elle est minoritaire, l’Opposition prend des risques de braver la majorité, en alignant ses candidats en ordre dispersé, dans une bataille aux allures d’un combat des fauves. Grâce au soutien de nombreux Députés de la coalition AMP-PALU, Evariste Boshab serait déjà prêt à mener la danse, alors que Muamba, Kiakwama et Kanku titillent. Ils auraient des difficultés à s’imposer. Au GPI, Modeste Bahati est désormais seul contre tous. Ses collègues l’auraient, dans une lettre au Secrétariat Exécutif de l’AMP, lâché et juré de rester sous les ordres de Joseph Kabila. A la Questure fort adulée, Bolenge Tenge Dieudonné, du Mouvement Social pour le Renouveau, a fait irruption hier, au Palais du Peuple, pour battre campagne. Il promet de faire la différence, pour le bien des Députés. Le pouvoir est-il dans la rue ou au Palais du Peuple ? C’est ce vendredi que la majorité et l’Opposition croisent le fer. Ce sera la dernière ligne droite avec la fin de la campagne prévue pour aujourd’hui, à minuit. La majorité est assurée de ses Députés. Elle se croit fondée à donner des consignes qui seront exécutées. C’est pour élire en série des Députés et imposer ses lois à la République. Le mot d’ordre est d’ores et déjà donné. C’est Boshab, à la présidence. L’homme est professeur d’université. Juriste de surcroît, fils des Bakuba, au Grand Kasaï. Il est le Secrétaire Général du Pprd. Boris Mbuku, à la première vice-présidence. Il est de Bandundu et des Forces du Renouveau de Kamitatu Olivier. Le Palu de Gizenga aligne Georgine Madiko, à la deuxième vice-présidence. Au poste de Questeur, c’est le Mouvement Social pour le Renouveau qui s’affiche. M. Dieudonné Bolenge Tenge est là. Hier, il a fait irruption au Palais du Peuple, sous les applaudissements frénétiques de ses collègues Députés, à l’entrée principale. Il est de la Province Orientale et est d’une moralité hors de tout reproche. Il se dit prêt à prêcher par l’exemple. Tenue des livres à la page, mises à jour des indicateurs de gestion. Bolenge veut, au fait, briller là où son prédécesseur ne l’a pas su. Questeur Adjoint. C’est Robert Bopolo Mbongenza, du PDC. Il est originaire de l’Equateur. Aux postes de Rapporteur, la coalition se confie en l’expertise de Makonero Wildor, du Pprd/Sud-Kivu. Rapporteur Adjoint : C’est le phénomène genre, à la mode. Sophie Kakudji Yumba, de l’Unafec/Katanga, est proposée. Opposition tient à un fil A moins d’un miracle, l’Opposition parlementaire ne tient plus qu’à un fil. Dans sa minorité, elle a préféré y aller en désordre. Au lieu de parler d’une seule voix, ses candidats ont choisi d’être des cavaliers solitaires. Au poste de Président, trois personnes. Muamba, Kiakwama Gilbert et Clément Kanku. Les trois personnalités ne savent pas sur quel pied danser dans une salle dont la dynamique est sous contrôle de l’AMP-Palu. Le groupe de Kamerhe est, lui, loin de convaincre. Il est très nouveau sur le marché pour répondre convenablement à l’appel à candidatures. Idambituo aurait moins de chance de surprendre, comme d’aucuns, dans certaines officines, le présagent. Bahati en rupture… La nouvelle est tombée hier, dans la soirée. Dans une lettre, les Députés GPI disent avoir toujours foi en l’Autorité morale à qui ils témoignent, du reste, d’une confiance totale. Du coup, Bahati, avec sa candidature à sa propre succession à la Questure, apparaît seul. Sans l’AMP, ni le GPI autour de lui. Il aurait, dans ce cas, des sérieux problèmes pour emporter l’adhésion de ses collègues Députés à sa cause. Les derniers dossiers sales sur la gestion de l’argent à la chambre basse, menaceraient ses chances. Fin de campagne, l’incertitude Le rendez-vous est tous les dangers et enjeux. Le Groupe Nkulu Mwenze et Lumeya a pris soins d’apprêter la logistique. L’élection sera à bulletins secrets. Chaque Député est appelé nommément à voter, dans l’isoloir. Puis, à la fin, ce sera le dépouillement des bulletins, le comptage des voix et la proclamation des résultats. Ce vendredi donc, tard la nuit, le nouveau bureau élu sera connu, avant son installation, le lundi 20 avril, au Palais du Peuple. La bataille sera très serrée. L’absence de compromis et confiance mutuelle ne rassure pas. « Ne vendez pas la peau de l’ours, avant de l’avoir attrapé ».

Source : la Prosperité/Kinshasa