palaisdupeuple001Aujourd’hui à 14 heures, Evariste Boshab, Boris Mbuku, Georgine Madiko, Makonero Wildor, Sophie Kakudji Yumba, Dieudonné Bolenge Tenge et Robert Bopolo Mbongenza s’installent, au Palais du Peuple. Vital Kamerhe, le président sortant, sera là avec ses anciens collaborateurs, pour officier la messe, en présence des invités généralement conviés aux grandes cérémonies d’Etat. L’ambiance, a-t-on appris, sera à la fête, pour la majorité qui se déjà frotte les mains, pour avoir doté l’Assemblée Nationale d’un nouveau Bureau. Du côté de l’Opposition, Muamba, avec ses 75 voix, reconnaît sa défaite et s’incline. Même le vieux Idambituo Bakaato, l’homme-test de Kamerhe dans la bataille de succession au strapontin, n’a récolté que de la poussière : 54 voix. Kiakwama Kia Kiziki est resté, lui, sur des proportions insoupçonnées : 15 voix, pour un leader des chrétiens démocrates. Sur 484 votants, Evariste Boshab a, tout seul, raflé 329 voix. Maintenant, place donc au travail, après un mois et quatre jours d’âpre combat pour la démission et succession, au perchoir de la chambre basse du Parlement. La Prospérité avait vu juste lorsqu’elle affichait, le vendredi matin, peu avant le vote, les noms du ticket gagnant. Loin de toute prophétie, le Quotidien de l’avenue de la paix, à Mont Fleuri, tire cependant de cet événement, quelques jours après, une fière chandelle pour la justesse de ses analyses et l’exactitude de ses convictions. Le vote intervenu, tard la nuit, le même vendredi 17 avril, venait ainsi confirmer et officialiser les résultats déjà annoncés, non sans risques. Evariste Boshab arrivait en tête, vers 3 heures du matin de samedi dernier, avec 329 voix sur 484 votants. Tandis que Muamba François n’y avait recueilli que 75 voix contre 15, pour Kiakwama Kia Kiziki et 54 pour Idambituo Bakaato, l’homme-test de Kamerhe, dans cette rude bataille de succession. Aux autres postes, l’ordre et la discipline ont prévalu sur les autres considérations. Boris Mbuku, à la première vice-présidence, Georgine Madiko, la deuxième vice-présidence, Makonero Wildor, Rapporteur, Sophie Kakudji Yumba, Rapporteur Adjoint, Bolenge Tenge Dieudonné, Questeur et, enfin, Robert Bopolo Mbongenza, Questeur Adjoint, vont accompagner, dès aujourd’hui, à 14 heures, Evariste Boshab dans ses nouvelles et lourdes fonctions de Président de l’Assemblée Nationale. Vital Kamerhe, le président sortant, sera cet après-midi, au Palais du Peuple, pour passer le marteau à son successeur. C’est une tradition qui sera respectée, en présence des officiels. Ambassadeurs et Chefs des missions diplomatiques, ministres, vice-ministres, Premier Ministre, Vice-premiers Ministres et Président de la République, pourquoi pas, seront également là. Sans oublier les autorités politico-administratives, les Administrateurs Délégués Généraux, les forces vives… L’heure sera donc à la fête. A l’AMP et au Palu, la joie est grande. Tout le monde est mobilisé afin de donner un cachet spécial à cette investiture qui met fin à un mois et quatre jours de combat frivole sur des questions procédurales. Pourtant, des arriérés législatifs et des matières s’entassent. Boshab doit se mettre au travail, pour un déclic sur la scène. Après tout, la chambre basse devrait jouer son rôle institutionnel. C’est le moment. A Boshab de s’y mettre. Il a toutes les mains libres désormais. Il sera jugé à la pièce, selon qu’il sera capable de gérer les contradictions. Déjà, il a dit qu’il n’était pas seulement le Président de la majorité mais, de tous les Députés, y compris de l’Opposition. D’où le sens à donner à sa promesse d’œuvrer pour la revalorisation du statut de Député.

Source : la Prosperité/kinshasa