Kivu_en_guerreAprès l’attaque de la localité de Luofu par les rebelles hutu rwandais (FDLR), le vendredi 17 avril, le calme est revenu dans cette localité, située à 167 km au Sud¬Ouest de Butembo, dans la province du Nord¬Kivu. Perpétrée de 21heures 20 à 23 heures 30, cette attaque s’est soldée par la mort de sept personnes et l’incendie de 255 maisons, renseigne un communiqué de presse de Caritas-Développement Congo, parvenu à la rédaction du journal Le Potentiel.

Selon les premiers éléments d’information recueillis par des équipes de Caritas/Butembo-Beni et Caritas/Goma, descendues dimanche dernier sur le terrain pour une évaluation initiale, les FDLR obligeaient les habitants à sortir de leurs maisons qu’ils incendiaient aussitôt. C’est dans ces conditions que l’on a enregistré les sept morts, dont cinq enfants et un adulte calcinés dans leurs maisons, ainsi qu’une dame morte d’une brusque crise cardiaque. Les autres habitations, en tôles, difficiles à incendier, ont été victimes d’un pillage systématique.

Prise de panique, la population avait passé nuit dans la brousse. Certains habitants se sont repliés vers la cité voisine de Kirumba. Pour l’instant, le calme est revenu à Luofu, qui est sous le contrôle des FARDC (Forces armées de la République démocratique du Congo.

Tout en déplorant cette nième attaque, Caritas-Développement Congo recommande, une fois de plus, au Gouvernement congolais d’augmenter les capacités d’intervention des troupes loyalistes déployées dans le Nord-Kivu, pour la poursuite des opérations de traque des FDLR, en vue de la protection des populations et de leurs biens.

A la Mission de l’Onu au Congo (Monuc), déterminée à soutenir l’armée nationale dans ces opérations, Caritas souhaite plus d’engagement afin de contrer, conjointement avec le FARDC, toutes les velléités de ces rebelles rwandais, décidés à attaquer d’autres localités au Sud du territoire de Lubero, à l’instar de Miriki, Kanyabayonga et Luofu la semaine passée.

Source : Caritas/Congo