C’est hier mardi, en début de soirée, qu’a pris fin le premier congrès de l’UDPS. Tout est bien qui finit bien : la fille aînée de l’opposition congolaise a un nouveau projet de société et des statuts réaménagés. Détail capital, les congressistes ont renouvelé à l’unanimité leur confiance au Président national du parti pour continuer à conduire l’Udps, en même temps qu’ils ont ouvertement levé l’option de concourir désormais à la conquête du pouvoir en participant aux différentes échéances électorales. L’ambiance était donc visiblement à la fête mardi, sur l’avenue Malula à Righini, siège provisoire du parti et lieu retenu pour l’organisation du congrès. Bravant la canicule, les congressistes s’étaient tôt et avec stoïcisme déployés dans l’immense concession pour écouter le rapport général des travaux et suivre la lecture des résolutions. Connue pour son enthousiasme débordant et très communicatif, l’intarissable Denise Lupetu accompagnée d’un autre cadre du parti a chauffé l’immense concession. Drapelets en mains, les deux doigts levés en signe de victoire, les délégués ont repris avec ferveur et à l’unisson les extraits des œuvres religieuses de la cantatrice l’Or Mbongo ainsi que d’autres airs populaires. Des chants à la gloire d’Etienne Tshisekedi étaient également au programme.

Léonard Kabeya Tshikuku : « Tout peut basculer d’un moment à l’autre » L’intermède musical terminé, le rapporteur Nzeza a fait la synthèse des travaux. On retiendra de cette lecture que les congressistes ont pris une dizaine de résolutions coulées sous forme d’actes. Ces derniers portent notamment sur le maintien d’Etienne Tshisekedi à la tête du parti, ainsi que sur le choix porté sur sa personne pour être le porte-étendard de l’Udps lors des présidentielles de 2011. L’on retiendra en passant la réaffirmation unanime, par les congressistes, de la ferme volonté des combattants de l’UDPS de s’enrôler massivement dès le mois de juin afin de prendre part aux prochaines échéances électorales. On notera également, comme un profond appel au rassemblement et à l’unité, la résolution portant « amnistie » en faveur des membres exclus du parti pour diverses raisons…. D’autres résolutions ont porté sur l’adoption d’un nouveau règlement intérieur compatible avec les statuts amendés, la création d’une structure chargée de préparer les élections locales, législatives et présidentielles de 2011… Président du bureau définitif du congrès, Kabeya Tshikuku a retracé à l’occasion de la clôture du congrès le parcours et le sens de la lutte historique de l’UDPS, parti né dans la douleur et le sang qui a contribué de manière significative à l’avènement de la démocratie en RDC. L’UDPS, a regretté Kabeya Tshikuku, tarde à savourer les acquis de cette lutte, frustrant nombre de ses cadres et combattants. « Camarades congressistes, tout peut basculer d’un moment à l’autre. Notre destin d’hommes libres peut hélas basculer. Restez toujours éveillés », a-t-il exhorté les délégués. Avant de féliciter Etienne Tshisekedi pour avoir compris que le parti était à la croisée des chemins. « L’avènement du congrès était une nécessité vitale et les congressistes viennent de mettre sur les rails un nouveau projet de société, des nouveaux statuts, un nouvel esprit. Et tout cela pour redynamiser le parti et la conquête du pouvoir », a ajouté Léonard Kabeya Tshikuku. Pour le patriarche Bernard Nkwedi, Président du Collège des fondateurs, « Les dates du 15, 16, 17 avril 2009… sont des journées historiques. Elles sont intervenues après une longue attente. Notre désir est exaucé », s’est-il félicité. Bernard Nkwedi est longuement revenu sur le combat d’arrière-garde mené par les anti-congrès, ainsi que sur les brutalités dont sont régulièrement victimes les combattants lors des manifestations. Il a enfin demandé à ces derniers de s’en tenir aux consignes du parti et de s’inspirer de l’exemple des fondateurs. Nous y reviendrons.

Source : le Phare/Kinshasa