francois_mwamba001L’heure était hier, à la coalition AMP-PALU, à l’évaluation, après la victoire éclatante de la série Boshab, à la tête de la chambre basse. La coalition qui a félicité ses Députés, pour la loyauté, exige plutôt de François Muamba, Député du Mlc de Bemba, des preuves de ses allégations de corruption. A défaut, dit une déclaration, la justice en sera saisie afin que la vérité éclate. En attendant, la coalition s’en remet au Comité des Sages de l’Assemblée Nationale, pour statuer sur ses propos considérés, à tort ou à raison, comme une calomnie. L’AMP et le Palu estiment que les rencontres avec Joseph Kabila, le Chef de la Majorité, sont normales. C’est comme Nicolas Sarkozy et l’UMP, en France, comparent-on. Evaluation du changement à la tête de l’Assemblée Nationale par l’Amp et le Palu A l’initiative de l’Alliance pour la Majorité Présidentielle (AMP) et du Parti Lumumbiste (PALU), le Bureau de l’Assemblée Nationale vient de changer de Président et des membres. L’Amp et le Palu se réjouissent de l’acte de haute portée politique posé par leurs Députés qui constituent la Majorité au sein de la chambre basse du parlement. L’Amp et le Palu leur adressent toutes leurs félicitations pour avoir éconduit la tricherie, et respecté les mots d’ordre des partis politiques sous les couleurs desquels ils ont sollicité et obtenu les suffrages. En somme, le changement intervenu au Bureau de l’Assemblée Nationale est consécutif à une tentative de dénaturation artificielle des équilibres politiques au sein de l’institution parlementaire. Une tentative flagrante qui aurait été, si elle avait été couronnée de succès, une distorsion frauduleuse de la volonté du souverain primaire. Le peuple congolais a, en 2006, envoyé au Parlement une majorité et une opposition avec, chacune, une fonction spécifique. Il appartient à chaque camp de faire ce que les électeurs attendent de lui, et la démocratie sera sauvée. Pour nous, à la coalition Amp- Palu ce qui vient de se passer à l’Assemblée Nationale est une démonstration que la famille politique de la Majorité constituée par le Président Joseph Kabila Kabange existe dans sa configuration de 2006. C’est ici le lieu de dénoncer ceux qui s’évertuent à inciter les parlementaires à violer leurs engagements vis-à-vis des électeurs notamment, avec la création de groupes sui generis, sans fondements politiques ou pragmatiques, et ne reposant que sur les intérêts particuliers de ceux qui les initient. Il s’agit, ni plus, ni moins, d’un déni des valeurs républicaines et démocratiques qu’il faut dénoncer et éradiquer. Le vote intervenu le week-end dernier au Palais du peuple a permis de faire le constat que l’AMP et son allié le Palu, demeurent majoritaires dans la chambre basse du Parlement, et que l’opposition est minoritaire, ce qui est dans l’ordre naturel des choses. Nous tenons à réaffirmer notre détermination comme Majorité, à reconnaître, respecter et protéger l’opposition et ses points de vue car l’opposition est une composante essentielle de toute démocratie. Force est malheureusement de constater à la suite de la crise qui a secoué pendant deux mois l’Assemblée nationale que l’opposition dans notre parlement semble préférer les facilités de la critique stérile, méprisante et sans perspectives à l’effort d’une critique constructive qui est utile pour une rectification, le cas échéant, de la trajectoire par la majorité au pouvoir. Des questions nous sont posées régulièrement sur l’Udemo, un allié de l’AMP et du PALU, qui s’est illustré pendant cette crise, par un déficit de solidarité avec la coalition. Nous dirons à cet égard que même si à l’instant on ne peut pas encore parler de dissolution de l’alliance AMP-PALU-UDEMO, on n’en est pas loin. Une évaluation des accords qui ont créé la coalition aura lieu dans les tous prochains jours et les conclusions en seront rendues publiques. Autre problème, les allégations du Député François Mwamba du MLC faisant état de corruption de Députés de la Majorité grâce à des fonds publics. A ce sujet, nous conseillons d’abord à l’auteur de ces accusations de savoir perdre avec fair-play. Tel n’est pas son cas car ses allégations de corruption des Députés de la Majorité paraissent n’avoir pour finalité que de salir sans preuves les membres de la Majorité. L’AMP et le PALU dénoncent cette attitude de mauvais perdant, qui consiste à broder le fait que des députés de la Majorité votent pour la Majorité, ce qui ne devrait pourtant pas poser problème, au contraire ! On ne comprend pas très bien pour quelles raisons un parlementaire votant pour son parti ou sa coalition devrait soulever une quelconque suspicion. Soupçonner de corruption des Députés AMP-PALU qui votent des candidats membres du Bureau AMP-PALU constitue en soi une preuve du dévoiement et de l’inconséquence politique dans lesquels on a essayé d’entraîner la représentation nationale. Manifestement, l’Honorable Mwamba ne détient aucune preuve donnant de la substance à ses accusations. Aussi, en a-t-il appelé à la mise en place d’une Commission d’enquête pour « rechercher des preuves » qu’il n’a pas ! Les deux rencontres du Président Joseph Kabila, Initiateur et Autorité Morale de la Coalition AMP-PALU avec les Députés de ladite Coalition ont été aussi montée en épingle par nos détracteurs et une certaine presse qui sert de caisse de résonance et qui les brandissement comme des « preuves » de corruption ! C’est insensé ! Dans toute démocratie, les rencontres entre le Chef d’une Majorité et ses élus sont des choses banales et ce sera désormais le cas chez nous comme en France pour l’UMP et le Président Sarkozy. L’AMP et le PALU ont défendu un programme anticorruption sur lequel ils ont reçu les suffrages. Nous exigeons de M. François Mwamba des preuves de ses allégations pour que soit sanctionné un tel comportement. Dans le cas contraire, nous n’hésiterons pas à saisir la Justice pour que la vérité soit rétablie et que justice faite. En attendant, l’AMP et le PALU saisiront le Comité des Sages de l’Assemblée Nationale pour statuer sur cet acte d’un Député de l’opposition contre ses collègues de la majorité.

Source : la Prosperité/Kinshasa 

La