Matadi_PortQui a induit la haute direction de l'Ofida en erreur ?

Il existe une loi portant organisation de la passation des marchés publics ouverts à toutes les personnes, physiques ou morales, sans restriction aucune. Toute attribution de marchés publics est conditionnée à l'observance de cette loi. En ce qui concerne l'attribution de la gestion de l'entrepôt public du ressort Kin-Aéro, l'Office des douanes et accises (Ofida) a lancé un avis d'appel d'offre le 30 janvier. Il se fait que cet avis d'offre était expressément restreint à quatre sociétés, à savoir : Globe Transit SPRL, Tresco SPRL, la Société de Grand Lac et New City Quard and Services. (Si contre toute la documentation au sujet de ce dossier).

De ces quatre sociétés soumissionnaires, deux avaient la particularité d'avoir été gestionnaires de cet entrepôt avant cet avis d'offre : Globe Transit SPRL, qui a eu à le gérer depuis 2005 et dont le contrat a été jusque là renouvelé par tacite reconduction, et Tresco SPRL, qui l'a géré avant Globe Transit, à en croire les informations en notre possession.

L'Ofida, qui a respecté la procédure légale à l'initiation du marché, a passé outre les normes lors de l'attribution du marché en jetant son dévolu sur Pacific Trading, une société qui n'était pas parmi les sociétés soumissionnaires. Pour quelle raison ? Se demandent les sociétés flouées. Seul l'Ofida connaît et peut expliquer la raison d'un tel agissement, qui a violé les dispositions légales en matière d'attribution des marchés publics. Les observateurs bien avisés estiment que la haute direction de l'Ofida a été induite en erreur.

Depuis, l'affaire, qui risque de ternir l'image de l'Ofida et de jeter un sérieux discrédit sur ses autorités réputées pourtant honnêtes, crédibles et dignes de confiance, fait couler beaucoup d'encre et de salive dans les milieux de quatre sociétés flouées et d'autres entreprises se sentent ainsi écartées injustement pour des raisons inexpliquées.

Pour certains observateurs proches de l'Ofida, le numéro un de l'Ofida doit avoir été induit en erreur sans doute par ses collaborateurs directs. Faudra-t-il conclure que ceux-ci auraient dû céder aux avances alléchantes de la société qui avait curieusement arraché le marché de la manière indue ? Tout peu porter à le croire.

Selon la source, les entreprises ayant soumissionné ne veulent pas se laisser flouer de cette manière. Aussi quelques-unes seraient même prêtes à porter cette plainte devant les instances judiciaires pour obtenir réparation du préjudice subi par le fait de ce choix arbitraire.

Question ? L'Ofida et ses dirigeants ont-ils intérêt de se voir traîner devant la justice pour une affaire qui aurait dû se terminer sans faire beaucoup de bruit ni de casse, d'autant que la procédure légale en vigueur en matière d'attribution des marchés publics ayant été bafouée, l'Ofida est d'avance perdante. Pourquoi ne privilégierait-il pas la voie de la raison pour éviter un procès inutile ?

Pour éviter toute cette tempête judiciaire, il vaut mieux à l'Ofida d'annuler l'attribution du marché faite en faveur de Pacific Trading et de restreindre son choix sur les quatre entreprises présélectionnées par lui-même de façon discrétionnaire.

Le comité de gestion de l'Ofida est si respectueux de la légalité qu'il n'hésitera pas un seul instant à revenir à la raison.

Source : l'Observateur/Kinshasa